WaterAid

Les pays d’Afrique s’engagent en faveur de l’accès à l’eau potable, à des toilettes de base et à des conditions d’hygiène adéquates pour leurs populations.

LONDRES, Royaume-Uni, 17 Avril 2017 -/African Media Agency (AMA)/- Plusieurs leaders d’Afrique sub-saharienne se sont engagés à redoubler d’efforts pour desservir les 325 millions d’africains privés d’accès à l’eau potable et aux 644 millions qui vivent sans toilettes de base.

Une vingtaine de pays dont 14 d’Afrique sub-saharienne ont promis que tous leurs habitants auraient accès à l’eau potable, à des toilettes de base et à des conditions d’hygiène adéquates d’ici 2030. Seize leaders d’Afrique sub-saharienne se sont par ailleurs engagés à mettrefin à la pratique de la défécation en pleine nature dans leur pays d’ici 2030.

Dix autres gouvernements d’Afrique sub-saharienne ont pris des engagements distincts en faveur de l’accès universel à ces services de base.

Ces engagements ont été pris durant la rencontre de haut-niveau du partenariat SWA (Assainissement et Eau potable pour tous) du 11 avril dernier à Washington dont la séance d’ouverture a été présidée par le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon et par le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, et qui a réuni les représentants de plus de 50 gouvernements.

Dans son discours d’ouverture, Ban Ki-moon a lancé un avertissement : les problèmes critiques d’accès à l’eau potable et à l’assainissement vontentraver les efforts menés pour éliminer la pauvreté :

« Concrétiser l’accès universel aux toilettes et à l’eau potable aura un coût, mais cela permettra de libérer les populations. Avoir accès à des toilettes et à l’eau potable, c’est permettre aux enfants de ne plus être malades, aux femmes de ne plus s’éreinter à aller chercher de l’eau, aux adolescentes de continuer à aller à l’école sans crainte, aux villages de ne plus subir les épidémies de choléra, c’est contribuer à un monde plus juste et plus digne pour tous ».

WaterAid, l’une des organisations fondatrices du partenariat Assainissement et Eau potable pour tous, a salué les engagements pris :

« WaterAid se félicite des engagements pris par les gouvernements africains au cours de cette rencontre. Ce qui va être crucial maintenant, c’est d’agir pour concrétiser ces promesses. En Afrique sub-saharienne, 1 000 enfants meurent tous les jours à cause de cette crise sanitaire. Ces vies peuvent être épargnées si on a accès à l’eau potable et à des toilettes de base et si on peut se lavercorrectement les mains avec du savon », a déclaré Barbara Frost, directrice générale de WaterAid.

Ont notamment été pris les engagements spécifiques suivants :

· La Zambie s’est engagée à atteindre un taux de couverture de 75 % pour l’eau potable et de 60 % pour l’assainissement d’ici 2015, et l’accès universel à l’eau potable et un taux de couverture de 90 % pour l’assainissement d’ici 2030 ;

· Le Burkina Faso s’est engagé à desservir 4,5 millions de personnes de plus en eau potable d’ici 2015 et à traiter le problème de la défécation en pleine nature pour 3 millions d’habitants ;

· L’Éthiopie s’est engagée à desservir 98,5 % de sa population en eau potable et l’ensemble de sa population en sanitaires de base d’ici 2015 ;

· Le Nigéria s’est engagé à mettre fin aux pratiques de défécation en pleine nature et à concrétiser l’accès universel à l’eau potable et aux installations sanitaires de base d’ici 2025.

John Kufuor, ancien président du Ghana et président du partenariat Assainissement et Eau potable pour tous a indiqué aux participants qu’il leur demanderait de rendre compte par rapport à leurs promesses :

« Le partenariat Assainissement et Eau potable pour tous est un mécanisme important non seulement pour apprendre les uns des autres mais aussi pour nous obliger à rendre compte par rapport à nos résultats – des résultats qui doivent bénéficier aux plus pauvres et aux plus vulnérables. », a-t-il précisé.

Les données récentes issues du programme de suivi commun de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Unicef (JMP) qui portent sur l’approvisionnement en eau et l’assainissement font état d’inégalités majeures et croissantes dans ce domaine au niveau mondial : 748 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable sur la planète, et 2,5 milliards vivent sans installations sanitaires adéquates. En Afrique sub-saharienne, ce sont 325 millions de personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable et 644 millions qui vivent sans installations sanitaires de base.

Sur le milliard d’habitants qui pratiquent encore la défécation en pleine nature dans le monde, 227 millions vivent en Afrique sub-saharienne ; neuf sur dix dans les zones rurales.

L’accès à de l’eau propre et à des systèmes d’assainissement de base associé à une bonne hygiène peut empêcher les maladies, améliorer les conditions de santé des gens et les rendre plus productifs. Il peut aussi réduire la mortalité des bébés et des enfants, améliorer le taux de scolarisation et rendre les femmes et les filles moins vulnérables aux risques qu’elles courent quand elles sont obligées de parcourir de longues distances pour aller chercher de l’eau ou pour trouver un endroit sûr pour faire leurs besoins.

« La crise que connaît ce secteur a eu un effet désastreux sur la situation économique, le développement et les familles des pays d’Afrique sub-saharienne. Mais la question de l’assainissement est aujourd’hui reconnue comme essentielle pour mettre fin à l’extrême pauvreté. Le défi que nous devons relever c’est d’atteindre les plus pauvres et les plus exclus d’entre nous et de faire en sorte que chaque individu puisse faire valoir son droit à l’eau potable et à des sanitaires de base de notre vivant », explique Nelson Gomonda, responsable du programme panafricain de WaterAid.

Les ministres des 44 gouvernements des pays en développement présents à cette rencontre ont pris au total 265 engagements visant à développer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, dont celui de s’attaquer aux énormes inégalités d’accès qui persistent notamment entre populations urbaines et populations rurales, entre riches et pauvres et entre différents groupes ethniques et régions.

En tant qu’organisation fondatrice du partenariat Assainissement et Eau potable pour tous qui rassemble plus de 90 partenaires parmi lesquels les gouvernements de pays en développement et de pays donateurs, des organisations de la société civile et d’autres partenaires du développement, WaterAid a elle aussi renouvelé ses engagements au service de sa vision –l’accès à ces services de base partout et pour tous d’ici 2030.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour WaterAid.

Pour en savoir plus ou pour organiser un entretien, veuillez contacter
Carolynne Wheeler, attachée de presse :+44 (0)7903 117715 ou carolynnewheeler@wateraid.org; ou Hratche Koundarjian, en charge du service de presse au +44 (0)207 793 4909 ou hratchekoundarjian@wateraid.org.

La liste officielle des engagements pris dans le cadre du partenariat Assainissement et Eau potable pour tous peut être consultée sur la page :