Wassoulor : l’exemple de l’Industrie minière malienne

Vingt ans après l’obtention de son premier permis d’exploitation en 1992, Wassoulor, une société minière détenue majoritairement par des capitaux maliens, a inauguré la semaine dernière sa mine d’or située à 300 km de Bamako. Ainsi, le promoteur Aliou Boubacar Diallo veut inciter ses compatriotes à investir dans le secteur minier.

Le rêve est enfin devenu réalité pour Aliou Boubacar Diallo, banquier et homme d’affaires malien. Avec l’inauguration de la mine d’or de Kodieran, il devient le premier Malien à ouvrir une usine de production dans le secteur minier dominé par les multinationales comme Randgolg et Anglo Ashanti.

La mine d’or de Kodieran située à 300 km de Bamako dans le cercle de Yanfolila (Région de Sikasso) s’étend sur une superficie de 100 km² et emploiera 500 personnes de manière permanente. Le gisement représente environ 2% des ressources aurifères du pays soit 82 tonnes d’or. Avec le démarrage de l’usine ce sont 11.000 tonnes de minerais qui seront traitées par jour et ce, pendant 8 ans. Ce projet minier est dominé par les capitaux nationaux : 55% pour le promoteur ; 20% pour l’État et 25% de parts détenues par des partenaires étrangers. « C’est la première mine industrielle contrôlée majoritairement par les intérêts malien à hauteur de 75% dans le cadre d’un partenariat État et privés maliens », souligne Aliou Boubacar Diallo PDG de Wassoulor.

Facteur de croissance

L’or est un fondement de la croissance économique du Mali, le 3ème producteur du continent après l’Afrique du sud et le Ghana. Faire ainsi briller le métal jaune pour tous les Maliens, c’est la raison d’être du PDG de Wassoulor qui a prohibé l’utilisation du cyanure dans le traitement du minerai. « Wassoulor se veut donc être l’exemple de la présence des nationaux dans ce secteur en participant au renforcement des capacités de production et à l’amélioration des conditions de vie et du bien-être de nos employés et sous-traitants » note Aliou Boubacar Diallo.

Sa contribution à l’économie nationale est estimée à plus de 27 milliards de FCFA. Les études révèlent par ailleurs des ressources géologiques estimées à 82 tonnes d’or et prévoient une production annuelle de six tonnes d’or. Cette production devrait être portée à plus de 12 tonnes selon les résultats portants sur des gisements satellites.

Selon Aliou Boubacar Diallo la mine d’or a déjà englouti plus de 100 milliards de FCFA. Mais la réalisation de ce projet va permettre au Mali de conforter sa place de troisième producteur aurifère et de raffermir la contribution du secteur minier à l’économie nationale, selon le ministre malien des mines Amadou Cissé. L’exploitation des ressources en or représente déjà 70% des recettes d’exportations et 7 % du PIB malien. Les populations de Kodieran espèrent, elles, que cette mine va favoriser le développement de leur localité notamment par la réalisation des infrastructures sociales de base et la création d’emplois pour les jeunes.