Washington charge la MINUSMA d’enquêter sur des tueries au Mali


Lecture 2 min.
Casques bleus
Des Casques bleus

Les Etats-Unis ont chargé la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali de conduire une enquête suite à des tueries attribuées aux forces armées maliennes.

Le gouvernement de la Transition au Mali, dirigé par le colonel Assimi Goïta, a été saisi par les Etats-Unis qui demandent l’ouverture d’une enquête que devra conduire la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali). Ce, après l’annonce par l’armée malienne de la neutralisation d’un grand nombre de personnes à Moura, dans le cercle de Djenné, au centre de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

« Nous suivons les rapports faisant état d’informations extrêmement troublantes selon lesquelles un grand nombre de personnes a été tué, en début de semaine, dans le village de Moura, dans la région de Mopti », a indiqué l’ambassade des Etats-Unis au Mali, appelant « le gouvernement de transition du Mali à permettre l’accès à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) pour qu’elle puisse mener une enquête rigoureuse conformément à son mandat du Conseil de sécurité des Nations Unies ».

Par ailleurs Washington se dit préoccupé par le fait que « de nombreuses informations indiquent que ce massacre a été perpétré par des forces du groupe Wagner, soutenu par le Kremlin, qui échappent à tout contrôle », soulignant que « d’autres rapports affirment que les Forces armées maliennes ont ciblé des éléments de groupes extrémistes violents connus ». Des contradictions qui, selon les Etats-Unis, témoignent de l’urgente « nécessité pour les autorités de transition maliennes de donner à des enquêteurs impartiaux un accès libre, sans entrave et sûr, à la zone où ces événements tragiques se sont déroulés ».

Pour les Etats-Unis « l’accès immédiat à des témoins oculaires et aux nombreuses personnes, qui seraient détenues par le gouvernement, est essentiel pour clarifier la situation ». Vendredi, l’état-major général des armées maliennes avait annoncé avoir neutralisé « 203 terroristes » au cours d’une « opération aéroterrestre de grande envergure, menée du 23 au 31 mars 2022, dans la zone de Moura ». A l’issue de cette opération, les Famas avaient par ailleurs fait état de 51 interpellation, 200 motos brulées et saisies de même que d’importantes quantités d’armes et de munitions saisies.

Cette demande de Washington intervient environ trois semaines après des accusations, mi-mars, par le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU (HCDH) et Human Rights Watch (HRW) de « graves violations du droit international des droits de l’Homme et du droit humanitaire » commises par les forces de défense et de sécurité maliennes. De son côté, la MINUSMA avait indiqué, durant le week-end, qu’une enquête de vérification des faits liés aux violations et abus des droits de l’homme a été initiée.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter