Visa Schengen : après la France, l’Espagne « bloque » les députés d’Algérie

Parlement algérien

L’Espagne a décidé d’apporter des restrictions dans l’attribution de visas aux députés algériens. Cette décision intervient seulement quelques semaines après celle prise par la France de ne plus délivrer, systématiquement, des visas aux élus algériens.

Le consulat général d’Espagne en Algérie convoquera les parlementaires demandeurs de visas pour signer un engagement sur l’honneur. C’est ce qu’a révélé le site Observ’Algérie, qui précise que, désormais, les parlementaires algériens et leurs proches recommandés par l’administration de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), doivent signer un « engagement sur l’honneur attestant de la volonté du demandeur de retourner en Algérie avant l’expiration du visa ».

A lire : Voici pourquoi la France a restreint l’octroi de visa aux députés d’Algérie

Le site ajoute que cette décision est motivée par le fait que les représentations diplomatiques des pays de la zone Schengen ont constaté un nombre important de ressortissants algériens qui ne retournent pas en Algérie une fois le visa expiré, et dont les visas ont été accordés sur recommandations de l’administration de l’APN.

Toujours selon Observ’Algérie, en adoptant cette nouvelle posture, l’Espagne veut s’assurer que les députés et leurs proches retourneront en Algérie avant l’expiration de leur visa. Et désormais, la signature personnelle, par le demandeur de visa pour l’Espagne, d’un engagement sur l’honneur faisant foi de sa volonté de quitter la zone Schengen avant l’expiration du visa, est exigée.

La France a pris la décision de ne plus délivrer systématiquement des visas Schengen aux députés algériens et à leurs proches, mettant ainsi un terme à sa convention de mobilité avec le parlement algérien.