Violine et le mauvais oeil

Quand une orpheline cherche son père et qu’elle a le pouvoir de lire dans les pensées, il faut faire très attention à ne pas la contrarier. Les adversaires de Violine, pollueurs et corrompus, l’apprendront à leurs dépens. Rafraîchissant.

Les éditions Dupuis viennent de publier une bande dessinée enjouée. Le second tome de Violine, Le mauvais oeil, est aussi désopilant que le premier. Donc, la fillette aux grands yeux bleus lit dans les pensées. Sur un des timbres que sa mère, philatéliste, collectionne, elle découvre son père. Elle en est convaincue. Elle court le rejoindre en Afrique. L’aventure, les aventures commencent. L’air de rien, les auteurs -Fabrice Tarrin et Tronchet- montrent tous les fléaux du Continent. La pollution marine causée par les bateaux occidentaux peu scrupuleux, l’instabilité politique chronique due aux ambitions démesurées des hommes politiques et les traditions pas toujours respectables… Tout y passe avec une légèreté réjouissante.

Le monde à travers les yeux de Violine

Deux histoires se chevauchent dans cet album. Violine à la recherche de son père et une révolution en marche. Des histoires liées. Sauvée d’une noyade certaine, l’enfant-vérité est accueillie par un monsieur qui veut faire de son pays  » le premier Etat démocratique en Afrique « . S’en suivent des péripéties qui trouveront très bien leur place dans un dessin animé. A quand Violine à la télévision ? Les auteurs ont choisi le comique pour narrer une situation complexe. En grossissant les traits psychologiques du personnage, ils parviennent à rendre plus lisible, visible, l’arrière-plan politique. Le sorcier du village, Kombo, est très touchant. A force de carburer au whisky, il a effectivement des visions. Il lit très bien le passé, le futur est épuisant.

Violine et le mauvais oeil est une bande dessinée qui se lit rapidement à tout âge. C’est rafraîchissant et désopilant. A lire sans arrière-pensée. Juste pour rigoler.

Commander le livre.