Violences xénophobes en Afrique du Sud : 11 arrestations, ce mercredi

Après plusieurs nuits de violences xénophobes en Afrique du Sud, un raid de la police sud-africaine avec l’aide de l’armée a été mené ce mercredi à Johannesburg dans le but de mettre fin à ces violences. A la suite de ce raid, onze suspects ont été arrêtés.

En l’espace de trois semaines, les violences xénophobes n’ont cessé de s’intensifier en Afrique du Sud, causant la mort de 7 personnes. Afin de mettre fin à ces violences, la police et l’armée ont procédé, dans la nuit de mardi à mercredi, à un raid dans un foyer de travailleurs sud-africains, dans le quartier de Jeppestown, à Johannesburg. A la suite d’une perquisition du foyer, la police a interpellé onze personnes.

Ces individus sont âgés de 24 à 29 ans, selon le porte-parole de la police nationale, Solomon Makgale. Ils sont accusés de vol et recel de biens volés pendant les pillages de magasins d’étrangers. Cette opération a été menée dans le but de faire cesser ces violences, mais surtout afin de redorer l’image de l’Afrique du Sud à l’international, écornée par cette série de violences.

Le Président sud-africain, de son côté, a amorcé un dialogue, ce mercredi, sur les questions d’immigration en Afrique du Sud. Il a prévu jeudi, d’aller à la rencontre des représentants des réfugiés et demandeurs d’asile. Les associations de défenses des droits de l’Homme appellent, quant à elles, à une manifestation à Johannesburg pour dire non à la xénophobie. « Le Président entend instaurer un partenariat durable avec les parties prenantes dans le pays afin que les agressions honteuses d’étrangers ne se répètent plus grâce à une meilleure gestion de l’immigration », selon un communiqué de la Présidence.

L’Afrique du Sud a connu, ces dernières années, un afflux massif d’immigrés dû au bon niveau de vie dans le pays ainsi qu’aux infrastructures de santé ou économiques semblables à celle d’Europe. Les immigrés présents en Afrique du Sud fuient essentiellement leur pays d’origine en raison de conflits ou de la misère.