Violences en Côte d’Ivoire: l’ONU condamne les deux camps

L’ONU a publié ce vendredi le rapport d’une enquête sur les violences post-électorales commises en Côte d’Ivoire dont certaines « pourraient constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre », rapporte l’AFP. Ces accusations concernent autant le camp du président déchu Laurent Gbagbo que de son rival et actuel chef d’Etat Alassane Ouattara. « Ces violations ont été commises par les Forces de Défense et de sécurité (pro-Gbagbo) et leurs alliés (milices et mercenaires) puis, lors de leur contre-offensive et depuis leur contrôle du pays, par les FRCI (Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, pro-Ouattara, ndlr) » indique le rapport de 25 pages.