Vidéo-Sénégal : quand un prêcheur « félicite » les frères Kouachi

Au Sénégal, un prêcheur, au cours de son émission télévisée, a tenu à « féliciter » les frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre le journal « Charlie Hebdo, qui a coûté la vie à 12 personnes.

A Dakar,

Au moment où la France pleure encore ses morts suite à l’attentat contre le journal Charlie Hebdo, qui a coûté la vie à 12 personnes, en Afrique, des voix se lèvent pour attaquer l’hebdomadaire. C’est le cas au Sénégal où un prêcheur de renom a tenu à « féliciter » les frères Kouachi qui ont « vengé » le prophète.

« Que mes propos (en wolof) soient traduits en arabe, en français et même en anglais, que les gens comprennent mon message », a lancé le prêcheur Iran Ndao au cours de son émission « Sen Diiné » (votre religion), diffusée ce vendredi sur la chaîne de télévision sénégalaise Sen Tv. Visiblement remonté, le prêcheur a complètement inversé les rôles jusque-là attribués.
« Ce sont ceux qui ont osé caricaturer le prophète qui sont des agresseurs. Ils ont agressé le prophète, agressé le cœur des sympathisants du prophète. Ces gens méritent d’être exécutés. Oui, il n’y a pas d’autre sentence que de les exécuter », a lancé Iran Ndao qui insiste sur le fait qu’il ne « tolère à personne de se jouer du prophète. L’islam ne le permet pas, je ne le permets pas non plus ».

Iran Ndao va plus loin en « remerciant les frères Kouachi » qu’il qualifie de « martyrs », de « héros, morts sur le champ d’une guerre sainte ». Pour lui, ces deux frères qui ont fait irruption, le mercredi 7 janvier 2015, dans la rédaction de Charlie Hebdo où ils ont abattu onze personnes et une douzième (un policier), dans la rue, ont « combattu des ennemis du prophète ». « Je les félicite et prie pour eux qui sont déjà au paradis. Car, c’est certain que ceux-là qui ont combattu les ennemis du prophète iront au paradis », a lancé Iran Ndao.

Le prêcheur termine son propos en dénonçant ces « voyous, bandits qui ont bafoué l’honneur du prophète », et en réitérant son salut pour « l’acte honorable des frères Kouachi qui a inquiété le dispositif sécuritaire » français.