Vidéo-Maroc : un enfant handicapé enchaîné depuis 7 ans dans un cachot

Une vidéo choquante montre un jeune marocain handicapé, enchaîné par sa mère depuis 7 ans dans une sorte de grotte, dans le nord du Maroc.

Une sombre histoire fait le buzz au Maroc. Celle d’un jeune garçon handicapé, Fayçal, enchaîné depuis 7 ans dans une sorte de cachot en pierres de 4 mètres carrés, près d’un village à Taourirt, dans le nord-est du pays. Sa mère, qui est à l’origine de cette situation, affirme ne pas avoir les moyens pour une prise en charge dans un hôpital spécialisé.

C’est une vidéo, intitulée « Message au peuple marocain : vous êtes tous responsables de cet enfant », postée sur You Tube le 17 avril, qui a révélé le cauchemar qu’endure ce garçon. On aperçoit Fayçal, 13 ans, enchaîné au pied droit et simplement vêtu d’un pantalon, heureux de recevoir un yaourt à boire. On aperçoit aussi la mère, en larmes, qui vient lui rendre visite. Elle affirme que son fils est hyperactif et violent.

« Elle n’a pas le droit de le traiter ainsi »

Pourtant, lorsque la mère s’approche de l’enfant pour lui remettre son yaourt, bien qu’hyperactif, ce dernier ne semble pas agressif. Au contraire, il tente de prendre sa mère dans ses bras, malgré le supplice qu’elle lui impose depuis 7 ans. La vidéo, déjà visionnée plus de 217 000 fois, a suscité bon nombre de réactions. « Ca se voit que cet adorable enfant est hyperactif mais je n’ai constaté aucune agressivité… Au contraire, bien qu’elle l’ait jeté dans un trou, il l’aime et veut l’embrasser, mais la maman ne cesse de l’écarter, au lieu de le serrer contre elle (…) Elle n’as pas le droit de le traiter ainsi », écrit un internaute. « Je me demande qui est le plus à blâmer. Cette femme en bleu qui semble être sa mère ou ces gens qui photographient le pauvre gosse et le laissent attaché comme un chien. Ma première réaction aurait été de le libérer. Pas de lui donner à bouffer de minables yaourts. Pathétique », déplore un autre.

La mère profite de la présence de la caméra pour faire passer un message pour le moins étonnant. « Maintenant, je demande l’aide des autorités et celle de Dieu pour pouvoir construire une maison sur une parcelle de 100 mètres que je possède et pour le sortir de cette situation », dit-elle. « Je suis fatiguée de courir dans tous les sens. J’ai frappé à toutes les portes (…), lance-t-elle.

Une histoire similaire a déjà été relatée au Maroc en février 2013, lorsque les médias marocains ont raconté le calvaire d’un homme de 42 ans qui a vécu ligoté pendant plus de 17 ans dans une écurie de la région de Béni Mellal. En janvier 2013, c’est l’histoire d’un quinquagénaire, libéré après avoir passé 15 ans de sa vie enfermée au milieu des déchets dans une maison de la province d’El Jadida, qui faisait le buzz. « Plus sordide, en 2006 la télévision marocaine révélait l’histoire d’Ahmed Yassine, un enfant de 6 ans, ayant passé la moitié de sa courte vie à Marrakech, enfermée avec 4 chiens et 30 chats, dont il partageait la pâtée », rapporte Yabiladi.