Vers un nouveau système de transfert de fonds

Le ministre français de l’Intérieur s’est prononcé en début de semaine en faveur d’un nouvel organisme de transfert de fonds pour les expatriés sénégalais. Les commissions seront moins onéreuses que celles proposées par Western Union, le leader international du secteur.

Faciliter les transferts de fonds des migrants. Le ministre français de l’Intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, a annoncé en début de semaine au Sénégal la mise en place prochaine d’un nouvel organisme de transferts pour expatriés sénégalais. Certains jugent l’initiative de Nicolas Sarkozy superflue car, selon eux, le pays dispose de suffisamment de structures adaptées. L’initiative du gouvernement pourrait être l’occasion de voler la vedette au leader des transferts internationaux Western Union.

Selon le quotidien français Le Monde, Nicolas Sarkozy entend lancer prochainement un appel d’offres auprès des banques françaises pour déterminer laquelle hébergera le nouveau système de transfert. Le gouvernement français estime que les organismes d’épargne populaire seront moins gourmands que Western Union, l’organisme qui détient le quasi-monopole dans ce domaine. Pour le détrôner, le ministre de l’Intérieur prévoit de proposer des commissions moins élevées.

Echapper aux commissions onéreuses

Ordre d’idée : la commission est de 10,50 euros pour un envoi d’argent de 0 à 50 euros et de 12,50 euros pour une somme allant de 50 à 95 euros chez Western Union. Des tarifs croissants avec les montants des opérations pour une transaction quasi instantanée. Un service onéreux auquel certains préfèrent les circuits parallèles de l’informel. « Ces systèmes ne sont pas fiables à 100% et l’argent met plus de temps à arriver qu’avec Western Union. Mais passer par ces filières est aussi moins chers », commente Cheikh, 37 ans. En général, la commission perçue par ce types de structures représente 2% de la somme envoyée.

La mesure française devrait satisfaire les expatriés qui envoient régulièrement de l’argent à leurs proches. « Ma famille et mes amis m’envoient de l’argent tous les mois par le biais de Western Union. Selon leurs moyens, ils m’envoient entre 50 000 et 100 000 FCFA », explique Cheikh. La possibilité de se tourner vers un organisme qui offre des commissions moins onéreuses permettra aux expatriés de faire des économies, et peut-être même d’envoyer plus d’argent au pays.

Les transferts gonflent déjà considérablement le budget. « L’année dernière, le montant de ces opérations privées s’élevait à 195 milliards de FCFA (297,2 millions d’euros, ndlr) dans les circuits officiels », explique-t-on au ministère de l’Economie et des Finances sénégalais. Soit, selon Le Monde, entre 5% et 10% du produit intérieur brut (PIB). Des chiffres qui pourraient augmenter avec l’application du nouveau système français.