Vers la mise au point de nouveaux médicaments contre la tuberculose

Les participants de la 37e Conférence mondiale de l’Union pour la santé respiratoire se penchent plus particulièrement, ce jeudi à Paris, sur la tuberculose. L’occasion de revenir sur les médicaments qui pourraient être disponibles dans quelques années pour combattre cette maladie qui développe des formes multi-résistantes et ultra-résistantes, notamment en Afrique australe.

Des pistes « très intéressantes » de recherche en vue de la mise au point de nouveaux médicaments contre la tuberculose ont été présentées mercredi lors d’une rencontre internationale sur les maladies respiratoires qui s’est ouverte à Paris. Présentant la 37ème Conférence mondiale de l’Union pour la santé respiratoire (Union) à la presse, Nils Billo, un de ses organisateurs, a évoqué l’existence de deux pistes intéressantes pour la mise au point de nouveaux médicaments contre la tuberculose.

Nous allons pendant la conférence de Paris assister à l’exposé des travaux de recherche effectués par deux équipes. Les échos que nous avons de ces travaux confortent l’espoir de disposer dans les prochaines années de nouveaux médicaments contre cette maladie », a assuré M. Billo, directeur exécutif de l’Union international contre la tuberculose et les maladies respiratoires, une ONG basée à Paris.

Il a indiqué que les nouveaux médicaments tiendront compte de la résistance de la tuberculose aux antibiotiques, assurant que leurs prix seront accessibles dans les pays pauvres. « Les formes ultra résistantes et multi résistantes de la tuberculose résistent même aux médicaments de seconde génération. Les recherches en vue de nouveaux médicaments vont intégrer ce facteur résistance », a précisé le directeur exécutif de l’Union.

Soulignant que la tuberculose reste aujourd’hui encore un problème de santé publique, il a invité les pays du Nord à aider ceux du Sud à renforcer leurs ressources humaines affectées à la lutte anti- tuberculeuse. « La mise au point des médicaments sera, sans doute, un élément décisif de la lutte contre la tuberculose. Mais ce combat ne pourra être gagné que si les pays du Sud disposent de ressources humaines conséquentes en matière de lutte contre la tuberculose. C’est pour cette raison que nous avons fait du renforcement de ces ressources le thème de notre 37ème Conférence », a encore dit Nils Billo.

Quelque 2 000 participants venus de 130 pays participent jusqu’à samedi à la 37ème Conférence mondiale sur les maladies respiratoires qui débattra notamment de l’asthme et du tabagisme. La conférence consacre spécialement la journée de jeudi à la tuberculose qui continue de tuer quelque 5 000 personnes par jour, notamment en Afrique où elle reste un véritable problème de santé publique.