Vendredis de protestation : quand le Sénégal imite l’Algérie

Illustration

Au Sénégal, les populations ont répondu massivement à l’appel à manifester du mouvement « Aar li nou bokk » pour protester contre la gestion nébuleuse des ressources, notamment le pétrole, avec Aliou Sall, le frère du Président Macky Sall, accusé de corruption.

A Dakar,

Les allées du Centenaire, à Dakar, la capitale sénégalaise, ont refusé du monde ce vendredi 21 juin 2019. A l’initiative du mouvement « Arr li nou bokk » (protéger notre patrimoine), les populations ont déferlé par milliers dans les artères de Dakar pour manifester leur colère et leur indignation face au scandale sur le pétrole dans lequel est empêtré Aliou Sall, maire de Guédiawaye, président de l’Association des Maires du Sénégal, directeur général de la Caisse de dépôt et de consignation par ailleurs frère cadet du chef de l’Etat, Macky Sall.

Aliou Sall est accusé d’avoir perçu des pots-de-vin de l’ordre de plusieurs milliards de FCFA. La révélation a été faite par la chaîne BBC. Ce qui paraît comme le plus gros scandale que le Sénégal n’ait jamais connu. Poussant les populations, conviées à un rassemblement organisé par le mouvement « Aar li nou bokk », à répondre massivement à l’appel. Ces rassemblements, que compte pérenniser le mouvement, rappellent la situation qui prévaut en Algérie où les populations, lasses des mandats présidentiels que l’ancien Président Abdelaziz Bouteflika enchaînait, sont descendues dans la rue jusqu’à pousser le dirigeant à la démission.

Les observateurs sont unanimes que la situation de l’Algérie est très différente de celle qui prévaut au Sénégal. Toutefois, ils mettent en garde le chef de l’Etat et son gouvernement compte tenu du fait que les populations aient répondu en masse à l’appel à manifester. Ce qui, pour eux, est la résultante d’un sentiment de colère qui se développe de plus en plus chez les Sénégalais qui, dans leur grande majorité, dénoncent la forte implication de la famille de Macky Sall dans la gestion du pays.

A lire : Sénégal : à cause du pétrole, Macky Sall gaze la démocratie