Vendredi sanglant au Nigeria : Boko Haram tue 55 personnes

Le nord-est du Nigeria a été ensanglanté par une série d’attentats-suicides perpétrés par Boko Haram, dans deux mosquées au moment de la prière du vendredi à Maiduguri, dans l’Etat du Borno et à Yola, dans l’Adamawa. Un bilan provisoire fait état d’au moins 55 morts et plus d’une centaine de blessés.

Après les marchés et les gares routières, le groupe terroriste Boko Haram a désormais jeté son dévolu sur les mosquées. Le nord-est du Nigeria a été ensanglanté par une série d’attentats-suicides perpétrés par Boko Haram, dans deux mosquées, au moment de la prière du vendredi, à Maiduguri, dans l’Etat du Borno et à Yola, dans l’Adamawa. Un bilan provisoire fait état d’au moins 55 morts et plus d’une centaine de blessés.

Il s’agit là de la sixième attaque perpétrée, durant ce mois d’octobre, sur Maiduguri où un attentat dans une mosquée de la ville pendant la prière du vendredi a coûté la vie à au moins 28 personnes. De l’autre côté, à Yola, au moins 27 personnes ont été tuées dans l’attentat contre la mosquée de Jambutu.

Boko Haram poursuit ainsi sa série meurtrière. Le groupe donné pour mourant est en train de contredire tous les pronostics, multipliant les attaques et les pays ciblés. Alors que seul le Nigeria subissait ses foudres, le groupe terroriste s’attaque, depuis un moment, au Tchad, au Cameroun et même au Niger. Entre attaques surprises et attentats-suicides, tous les coups sont désormais permis. D’autant que le groupe terroriste, qui compte instaurer un Etat islamique, s’attaque de plus en plus aux… musulmans, dans les mosquées.

Ce n’est pas le première fois que le groupe dirigé par Abubakar Shekau s’en prend à des fidèles musulmans. En effet, durant le mois de Ramadan, des musulmans avaient fait les frais d’attaques meurtrières perpétrées durant des séances de prière, dans des mosquées, causant de nombreux morts.