Union africaine : Un sommet informel à Cotonou

BONI YAYI, PRESIDENT EN EXERCICE DE L'UA

Douze chefs d’Etat ou de gouvernement de l’Union africaine étaient samedi à Cotonou sur invitation du président en exercice de l’UA. Le principal ordre du jour était la définition de la feuille de route du nouveau président de l’organisation continentale.

Boni Yayi le nouveau président en exercice de l’UA, l’Union africaine a certainement envie de diriger autrement. Son mandat, il le met sous le signe de la gouvernance concertée. C’est pourquoi, il a invité plus d’une dizaine de ses pairs pour qu’ensemble ils définissent les priorités auxquelles il doit s’attaquer. Pour Boni Yayi, la nécessité de la feuille de route se justifie par les différents foyers de tension qui existent actuellement sur le continent. Les périodes pré et post-électorales sont souvent par excellence des moments d’angoisse. Il y a toujours des contestations qui conduisent parfois à l’éclatement de la violence. A cela s’ajoutent des crises politiques, des soucis de sécurité. Bref, la paix est menacée en Afrique. Un continent qui n’est déjà pas unie. « Comment renforcer notre unité ainsi la capacité d’anticipation et de réaction de notre organisation ? », s’interroge le président en exercice de l’UA pour amener ses pairs à bien réfléchir sur le devenir de l’Afrique, berceau de l’humanité.

Houleux débats ?

Les échanges entre chefs d’Etat ou de gouvernement ont eu lieu à huis clos. Et durant cinq heures d’horloge, rien n’a filtré. La réunion a démarré pendant que le soleil était au zénith. Mais à la tombée de la nuit, les présidents commencent par sortir un à un sans faire la moindre déclaration. « Nous sommes à une rencontre informelle, il n’y a donc pas de communiqué final. », répondent les services compétents de la présidence béninoise aux hommes des médias assoiffés d’informations. Ce samedi, les Chefs d’Etat et /ou de gouvernement africains réunis à Cotonou se sont cachés derrière le motif de feuille de route du président en exercice de l’UA pour ne pas lever un coin de voile sur l’ambiance qui a prévalu au cours de leur huis clos. Ils se donnent néanmoins rendez-vous le mois prochain pour s’appesantir sur le processus de désignation du président et des membres de la Commission de l’Union africaine avant le prochain sommet formel qui se tiendra à Addis Abéba en Éthiopie.

Lire aussi l’article : Ethiopie : échec du Sommet de l’Union africaine