Une Nigériane remporte le premier concours de Miss Musulmanes

Obabiyi Aishah Ajibola, étudiante Nigériane de 21 ans, est la première lauréate du concours de beauté Miss Musulmanes, qui s’est tenu mercredi en Indonésie, le pays qui compte le plus de musulmans au monde. Le but du concours, donner une réplique à Miss Monde, organisé cette année dans le pays, et qui fait l’objet de multiples contestations.

La jeune Nigériane de 21 ans, Obabiyi Aishah Ajibola, n’en revient toujours pas. Elle a remporté mercredi le premier concours de beauté Miss Musulmane, organisé en Indonésie. Lorsqu’elle a été désignée comme la gagnante du concours, elle s’est aussitôt effondrée par terre, priant et remerciant Allah. Un voyage à la Mecque est également prévu pour l’heureuse élue. « Nous voulons tout simplement montrer au monde que l’islam, c’est beau », a déclaré cette dernière.

Pour cette première édition du concours, plus de 500 femmes ont été passées au peigne fin. Ici, le critère principal n’est pas leur beauté physique. Mais leur rapport à l’islam, leur piété. Elles devaient par exemple expliquer pourquoi elles avaient fait le choix de porter le hijab (voile islamique), qui était une condition à leur participation au concours. Et à l’issue de cet entretien, vingt candidates ont été sélectionnées pour la finale en Indonésie, où elles ont effectué trois jours de stage spirituel intensif, récitant le Coran, se levant à 3h30 du matin pour effectuer la première prière.

« Nous essayons de redéfinir la beauté de l’islam »

En 2011 et 2012, l’Indonésie avait déjà organisé un concours de beauté similaire à Miss Musulmanes, mais il était seulement réservé aux Indonésiennes. cette année, le concours de beauté a donc été ouvert aux musulmanes du monde entier, pour la première fois. Il a été mis sur pied pour donner la réplique à Miss Monde organisé également cette année en Indonésie, dans la capitale Jakarta, pays de 240 millions d’habitants, qui compte le plus de musulmans dans le monde. Plusieurs islamistes radicaux, qui estiment que les candidates de Miss Monde sont des « prostituées », ont manifesté dernièrement contre la tenue du concours dans le pays, poussant les autorités à le déménager dans la ville de Bali, à majorité hindouiste, connue pour accueillir de nombreux touristes occidentaux. Les candidates de Miss Monde ne défileront également pas en maillot de bain.

Une élection toutefois qui tombe à pic pour le lancement de Miss Musulmanes internationale. « Nous avons délibérément choisi de tenir cet événement juste avant la finale des Miss Monde, afin de montrer qu’une alternative existe pour les musulmanes », a expliqué la fondatrice des Muslimah, organisatrice du concours, Eka Shanti. Cette ancienne présentatrice d’une télévision indonésienne avait été licenciée en 2006, pour avoir refusé de retirer son voile. Elle a eu l’idée de lancer « Miss Musulmanes », après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, pour lutter contre l’image négative que l’islam avait. Selon elle, « nous essayons de redéfinir la beauté de l’islam, la beauté des femmes dans l’islam, où peut-être en raison de l’hédonisme et du consumérisme, ils pensent que la beauté est celle de la peau blanche, ou d’un beau corps ».