Une dizaine de villes côtières africaines sont à la merci des assauts de la Grande bleue

Alexandrie et Port-Saïd en Egypte, Lagos au Nigeria, Monrovia au Liberia, Abidjan en Côte d’Ivoire, Cotonou au Bénin, Conakry en Guinée et Luanda en Angola sont les cités africaines les plus menacées par la montée du niveau de la mer et les tempêtes.

Selon un nouveau rapport sur le changement climatique, publié cette fois-ci par la cellule de réflexion CGD, voici les 20 villes dans lesquelles les populations seront le plus exposées au risque de montée du niveau de la mer et à l’émergence de tempêtes, dans le monde en développement.

Les projections établies par le rapport se fondent sur :

 Une hausse d’un mètre du niveau de la mer

 Une augmentation de 10 pour cent dans l’intensité des tempêtes les plus fortes enregistrées sur 100 ans

 Des estimations de croissance des populations établies par les Nations Unies.

Manille, Philippines

Alexandrie, Egypte

Lagos, Nigeria

Monrovia, Liberia

Karachi, Pakistan

Aden, Yémen

Jakarta, Indonésie

Port-Saïd, Egypte

Khulna, Bangladesh

Kolkata, Inde

Bangkok, Thaïlande

Abidjan, Côte d’Ivoire

Cotonou, Bénin

Chittagong, Bangladesh

Ho Chi Minh, Vietnam

Yangon, Myanmar

Conakry, Guinée

Luanda, Angola