Algérie : un tribunal militaire ordonne l’arrestation de Khaled Nazar, deux autres ministres en détention provisoire

Manifestations en Algérie

Un tribunal militaire algérien a ordonné l’arrestation de Khaled Nazar, et un mandat d’arrêt a été émis, ce mardi 6 août 2019. L’ancien ministre algérien de la Défense de Bouteflika est accusé d’avoir conspiré contre l’armée et d’atteinte à l’ordre public.

La répression se poursuit contre les anciens responsables et les hommes d’affaires liés au régime d’Abdelaziz Bouteflika, renversé en avril dernier. Outre Khaled Nazar, son fils, gérant de la société de la télécommunication SLC, et Farid Belhamdine, gérant de la Société algérienne de pharmacie, doivent aussi être arrêtés.

Alors que les manifestations civiles continues à se dérouler dans le calme, les manifestants exigeant toujours le démantèlement de l’ordre politique ancien, les arrestations d’anciens ministres se poursuivent sans pour l’instant suffire apaiser les manifestants.Khaled Nazar, actuellement hospitalisé en Espagne, est un opposant à Gaïd Salah, le tout puissant chef des armées algériennes.

Deux autres ministres sont aussi sur la sellette, Abdelghani Zaalane, ex-ministre des Travaux publics et Mohamed El Ghazi, ancien ministre du Travail ont tous les deux été placés en détention provisoire. Ils sont poursuivis « Dans le cadre de l’instruction ouverte au niveau de la Cour suprême, le Conseiller instructeur a auditionné le 5 août 2019, l’ex-Wali de Chlef, El Ghazi Mohamed, poursuivi pour avoir sollicité ou accepté directement ou indirectement un avantage indu, soit pour lui-même ou pour une autre personne ou entité afin qu’il accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte relevant de ses fonction, dilapidation de deniers publics, utilisation illicite en sa faveur ou en faveur d’une tierce personne ou entité de biens publics et abus de fonction » .