Un petit bout de corne sur le Web

Peu d’espace sur le Net pour la corne de l’Afrique. Un webmestre s’y colle et met en ligne infos, photos, textes et musiques de la sous-région. Sans fioritures techniques, Al Oueb pose un regard tendre sur ce petit bout de continent. Sur son Livre d’or se bousculent les messages d’internautes de toutes nationalités, émus et reconnaissants.

La corne de l’Afrique n’inspire que rarement les webmestres. Mais au détour du Net, on peut tomber sur Al oueb. Couleurs chaudes, navigation fluide. Tout paraît simple et tranquille sur ce site. Pas de pages surchargées, de banderoles clinquantes ou de surenchère technique. On y parle de quatre pays : Djibouti, l’Ethiopie, la Somalie et le Somaliland. L’auteur ne prétend pas fournir une documentation exhaustive, mais il en sait suffisamment long pour informer un internaute sur le départ ou un visiteur curieux.

Les infos sont rangées par pays et par thèmes : géographie, population conseils…Et surtout : photos. Les clichés de Djibouti et d’Ethiopie rapportés par Olivier Cuenot laissent rêveur. Etonnement rapides à charger, ils rappellent que, malgré les guerres et les famines, les pays de la corne de l’Afrique conservent des trésors de paysages. L’auteur revient d’ailleurs sur certaines idées toutes faites comme l’insécurité pour les voyageurs solo en Ethiopie. Il explique brièvement la nature des conflits qui divisent les Ethiopiens et donne quelques tuyaux aux aventuriers.

Chaleur et convivialité

L’accent est mis sur la culture de la sous-région. Musique, littérature : Olivier Cuenot donne les références des ouvrages qui l’ont marqués et fait connaître les artistes éthiopiens ou djiboutiens. On peut même écouter des morceaux de musique en ligne pour se faire une idée. Pour la littérature et les guides, l’auteur a essayé de faire la même chose, mais des petits problèmes techniques empêchent d’avoir accès aux textes. Enfin, dernier voyage dans le site : le Livre d’or.

Difficile de résister à l’envie de remercier l’auteur pour ce petit bout de corne qui dépasse du Web. Les messages affluent : il y a déjà plus d’une dizaine de pages pleines de reconnaissance, d’émotion et de chaleur ! Expatriés français ayant vécu à Djibouti, Djiboutiens ou Ethiopiens vivant en France, au Canada ou au pays, on s’échange des impressions, des souvenirs, des e-mails. Les diasporas se rapprochent, les expatriés mettent ensemble leurs souvenirs et donnent quelques bons conseils aux futurs touristes. Alors que tant de sites voient leurs forums désespérément vides, le Livre d’or d’Al Oueb respire la convivialité. Le point de départ d’une nouvelle communauté ?

Visiter le site.