Un passeport communautaire pour l’Afrique centrale

Les hommes d’affaires des six pays membres de la CEMAC pourront se déplacer librement à l’intérieur de l’Afrique centrale. Un premier pas vers une intégration politique, et non plus seulement économique et monétaire, de la région.

Le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad, réunis au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont décidé de créer un  » passeport communautaire « , à l’issue de la 2ème conférence des chefs d’Etats de la CEMAC, il y a quelques jours à N’Djamena.

La CEMAC a été instituée en 1998, pour succéder à l’union douanière (UDEAC) mise en place en 1964 et afin d’approfondir l’intégration des économies et des politiques monétaires de la région, qui fait partie de la zone Franc au même titre que l’UEMOA* et les Comores. L’institution, basée à Bangui, prévoit la mise en place de convergences entre les politiques des six Etats membres et d’une coordination des politiques sectorielles.

Les citoyens ordinaires attendront

Elle envisage aussi de  » créer un marché unique, à travers l’organisation de la libre circulation des personnes, des capitaux, des biens et des services « . Un Parlement communautaire devrait enfin voir le jour, et la CEMAC vise à l’union monétaire de ses membres. Ces avancées sont planifiées dans un processus de deux étapes de cinq ans chacune.

Le principe de la création d’un passeport communautaire avait été retenu il y a un an, lors de la 1ère conférence des chefs d’Etats qui s’était déroulée à Malabo, en Guinée équatoriale. Selon un avis recueilli auprès du bureau de Yaoundé de la banque BEAC – l’institution financière de la CEMAC -, le document commun ne sera attribué qu’aux hommes d’affaires :  » Il y aura des critères, mais le premier d’entre eux sera la notabilité de ces personnes en tant qu’agents économiques « .

Les contours du passeport CEMAC sont encore flous, tout comme la date de son entrée en vigueur. Mais selon nos informations, il semble que le sésame régional pourra être délivré par chacun des Etats membres, et qu’il pourra se substituer aux papiers d’identité nationaux.

* UEMOA : Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest, dotée d’une Banque centrale (BCEAO)

Retrouvez ici notre article sur les revenus pétroliers de la Guinée équatoriale