Un Nobel de la paix pour Césaire !

Le Nobel de la paix 2006 sera décerné en décembre prochain. Parmi les 191 noms, déposés par les institutions habilitées à proposer des candidats au Comité norvégien pour le prix Nobel de la paix, l’on compte celui du poète martiniquais Aimé Césaire. Pour soutenir, à titre symbolique, celle de ce chantre de la négritude, le site culturel Afrikara a lancé, le 14 juin dernier, une pétition en ligne dénommé « Aimons Césaire ».

Aimons Césaire, c’est le nom de la pétition lancée par le site culturel et d’information Afrikara, le 14 juin dernier, pour soutenir, la candidature d’un des pères fondateurs du mouvement de la négritude au Prix Nobel de la paix 2006 qui sera décerné en décembre. La candidature d’Aimé Césaire est portée par deux universités européennes, dont l’université libre de Bruxelles (ULB), qui comptent parmi les institutions susceptibles de proposer des noms au Comité norvégien du Nobel. C’est d’ailleurs grâce à l’université belge que l’on sait que Césaire a été pressenti pour recevoir cette prestigieuse distinction. Car en principe, l’identité des nominés ne devrait être divulguée qu’en 2056.

Même si cette pétition n’influera pas, a priori, sur l’attribution du Nobel de la paix, Martial Ze Belinga, directeur de publication et rédacteur en chef d’Afrikara, note « qu’on ne peut jamais exclure l’impact d’une telle initiative. C’est le principe même de la pétition qui est d’oeuvrer à une meilleure prise en considération d’un souhait en dehors des canaux institutionnels. Une mobilisation importante est le signe qu’on envoie aux décideurs pour donner la mesure de l’engouement que suscite la candidature d’Aimé Césaire, le but étant de créer un mouvement de sympathie autour de grand homme. Si nous arrivons à obtenir une masse critique de pétitionnaires – ils sont plusieurs centaines pour l’heure – d’ici le 26 juin prochain, date anniversaire de Césaire, nous lui enverrons la pétition pour lui souhaiter un joyeux anniversaire ! »

Un grand cri d’amour

Un cadeau qui fera certainement plaisir au « poète de l’Universelle Fraternité » qui fêtera dans quelques jours ces 93 ans. Tout comme le Nobel de la Paix serait une belle reconnaissance de l’oeuvre de ce défenseur de tous les peuples opprimés. « Je vois bien que la colonisation a détruit : les admirables civilisations indiennes et que ni Deterling, ni royal Dutch, ni Standard Oil ne me consoleront jamais des Aztèques et des Incas. Je vois bien celles, condamnées à terme, dans lesquelles elle a introduit un principe de ruine : Océanie, Nigeria, Nyassaland. Je vois bien ce qu’elle a apporté. », écrivait-il dans Discours sur le Colonialisme [[Il a été publié aux éditions Réclame en 1950 et réédité en 1955 par Présence africaine]], son livre-pamphlet contre ce mouvement.

Commentant l’initiative des deux universités européennes, l’homme de lettres a affirmé se sentir « effrayé », en mars dernier, dans un entretien accordé au journaliste Serge Bilé en Martinique. Et d’ajouter : « Je mesure l’importance de cet honneur mais je me demande si je serai capable de faire face, si je serai capable d’assumer les obligations qu’exigera cette éminente faveur ». Des propos qui n’étonnent pas ceux qui connaissent l’homme. A noter que pour le Nobel de la paix 2006, 191 candidatures, dont 23 organisations, ont été soumises au Comité norvégien du prix Nobel.

 Signer la pétition Aimons Césaire