Tunisie : polémique autour de la normalisation des relations avec Israël

Le Premier ministre tunisien, Mehdi Jomâa, a incité les députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC) à éviter la controverse, ce mardi, au sujet de l’autorisation du pèlerinage juif de la Ghriba, à Djerba, une île au sud-est du pays. Certains l’accusent de vouloir normaliser les relations de la Tunisie avec ce « pays ennemi » qu’est Israël.

Il est nécessaire de « faire réussir la saison touristique parce que (…) le tourisme est l’une des activités qui amènent du cash tout de suite », a indiqué le Premier ministre tunisien, Mehdi Jomâa, dont la sortie a poussé certains à l’accuser de vouloir normaliser les relations de la Tunisie avec ce « pays ennemi » qu’est Israël. D’ailleurs, l’Assemblée a annoncé, il y a quelques jours, vouloir entendre la ministre du Tourisme, Amel Karboul, et le ministre délégué à la Sécurité, Ridha Sfar, à ce sujet.

« La Tunisie est toujours en guerre contre Israël »

La Tunisie traverse une grave crise économique depuis 2011. Le tourisme israélien et notamment le pèlerinage juif de la Ghriba est un passage obligé, pour le chef du gouvernement, afin de développer ce secteur en difficulté. Certains députés se sont plaints de cette décision en rappelant que la Tunisie était toujours officiellement « en guerre » contre Israël.

« Le pèlerinage d’El-Ghriba en lui-même ne pose aucun problème. Par contre, il y a un problème politique : celui d’Israël », a expliqué le secrétaire général de l’Alliance démocratique, Mohamed Hamdi, selon Nessma TV. « La Tunisie, en tant que membre de la Ligue des Etats arabes, a des engagements qu’elle doit respecter. Il ne faut pas oublier que notre pays a ratifié des résolutions de la Ligue arabe. Par conséquent, la Tunisie est toujours en guerre contre Israël. Il ne faut donc pas que ce pèlerinage d’El-Ghriba se transforme en excuse pour une normalisation des relations avec l’entité sioniste » a-t-il insisté.

Le chef du gouvernement tunisien a rétorqué que la réussite de la saison touristique passait par la réussite de ce pèlerinage juif de la Ghriba. « Soyons francs : normalisation, pas normalisation, laissons de côté ces grandes causes s’il vous plaît », a clamé Mehdi Jomâa. « Arrêtons de tourner autour du pot. (…) C’est une tradition connue chez nous, il y a des procédures suivies depuis des années (…) par tous les gouvernements », a-t-il insisté, selon l’AFP.

Certains députés ne semblent pas l’entendre de cette oreille. « Ceci est une position populaire et j’estime qu’elle est également officielle », a averti Mohamed Hamdi.