Tunisie : le siège d’Ennahda incendié par des manifestants

La tension monte d’un cran en Tunisie où le siège à Gafsa du parti islamiste au pouvoir, Ennahda, a été incendié ce mercredi 27 novembre.

Rien ne va plus en Tunisie. Au moment où le peuple attend, avec la plus grande impatience que le nom du futur Premier ministre soit dévoilé, voilà que des violences éclatent. Ce mercredi, des manifestants ont incendié le siège d’Ennahda à Gafsa.

Des manifestants qui défilaient lors d’une journée de grève générale, ont saisi l’opportunité pour incendier le siège d’Ennahda, le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, ce mercredi 27 novembre, à Gafsa, au centre du pays. C’est l’annonce du gouvernement de ne pas inclure cette région dans la liste des gouvernorats où des facultés de médecine et centre hospitaliers universitaires seront bâtis dans les années à venir, qui a déclenché cette manifestation. Une grève qui a ainsi été décidée. Selon une information parue dans Le Monde, les manifestants s’en sont pris au siège du parti, après avoir tenté dans un premier temps de forcer l’entrée du siège du bureau du gouverneur et d’être dispersés par la police. Toujours selon le site internet, les manifestants ont sorti des dossiers des locaux ainsi que des meubles qu’ils n’ont pas hésité à brûler dans la rue. Tout cela s’est passé en l’absence de la police. Ce qui a le plus aggravé la situation, c’est que les protestataires ont empêché les sapeurs pompiers d’accéder au lieu de l’incendie.

Le mouvement de protestation touche trois villes de la même région tunisienne qui dénonce la pauvreté et les disparités régionales : injustices qui ont été à la base de la révolution de 2011.