Tunisie : le rappeur Men-Ay et une journaliste française condamnés par la justice


Lecture 1 min.
arton35464

Le rappeur tunisien Aymen Fekhi, alias Men-Ay, et la journaliste franco-tunisienne Hind Meddeb, ont été condamnés ce mardi à quatre mois de prison avec sursis notamment pour outrage à des fonctionnaires.

Alors qu’ils risquaient un an et six mois de prison, le rappeur tunisien Aymen Fekhi, alias Men-Ay, et la journaliste franco-tunisienne, Hind Meddeb, ont été condamnés, ce lundi, à quatre mois de prison avec sursis, notamment pour outrage à des fonctionnaires. Un second rappeur, Moustapha Fakhfakh alias Mr Moustapha a lui été relaxé. Les trois accusés étaient tous jugés pour « outrage à un fonctionnaire public dans l’exercice de ses fonctions » et « atteinte aux bonnes mœurs ». Ils avaient en effet été poursuivis à la suite de heurts en juin dernier, à la sortie d’un tribunal, entre policiers et partisans du rappeur Weld El 15, condamné à l’époque pour une chanson dans laquelle il taxait le policiers de « chiens ».

Hind Meddeb a, elle, été accusée d’avoir insulté les fonctionnaires de police dans la salle d’audience et Men-Ay d’avoir provoqué les policiers dans la rue, lors des affrontements. Devant le juge, la journaliste a reconnu avoir lancé des insultes le jour des heurts, mais a assuré que cela « n’était pas adressé » à la police ou à la justice. Quant à Aymen Fekhi et Moustapha Fakhfakh, ils ont tous deux clamé leur innocence.

Mais pour leur avocat, maître Ghazi Mrabet, ses trois clients s’en sont plutôt bien sortis. « C’est une première victoire, car ils risquaient tout de même un an et six mois de prison. Je vais discuter avec mes clients et leur conseiller de faire appel », a précisé Me Ghazi Mrabet. Mais « la décision de faire appel revient à mes clients », a-t-il ajouté.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter