Tunisie : le pèlerinage juif de Djerba sous haute sécurité

A la suite de l’attentat de 2002, l’édition 2013 du pèlerinage juif de Djerba, dans le sud de la Tunisie, est placée sous haute surveillance. La Ghriba, la plus ancienne synagogue d’Afrique, est ainsi protégée par une quinzaine de véhicules de l’armée et des barrages de la police surveillent les quartiers juifs des environs.

Les organisateurs de l’édition 2013 du pèlerinage de Djerba, dans le sud de la Tunisie, espèrent accueillir entre 1000 et 1500 visiteurs à Djerba, dans le sud de la Tunisie. La Ghriba, la plus ancienne synagogue d’Afrique où se déroule de vendredi à dimanche ce rituel religieux, est placée sous haute surveillance.

« La Ghriba elle-même, endeuillée par un attentat d’Al-Qaïda en 2002, est protégée par une quinzaine de véhicules de l’armée et des barrages de la police surveillent les quartiers juifs alentour ainsi que la route reliant l’aéroport à la zone touristique. Cet important dispositif tout en étant relativement discret satisfait les pèlerins comme les organisateurs », rapporte l’AFP.

Et d’indiquer : « Le pèlerinage, marqué par deux processions, l’une dans l’après-midi et l’autre dimanche, a été placé sous haute sécurité par le gouvernement dirigé par les islamistes d’Ennahda, afin de prévenir tout débordement, le pays ayant connu des troubles orchestrés par des groupuscules extrémistes ces deux dernières années ». Le renforcement des mesures de sécurité a été bien accueilli par les participants, notamment par quelques dizaines d’Israéliens qui ont fait le déplacement.

Comme l’exige la tradition : avant la procession, les fidèles se couvrent la tête et se déchaussent pour défiler dans la synagogue, y allument un cierge et avalent une gorgée de Boukha (alcool de figue local, ndlr) en recevant la bénédiction des rabbins.

Le pèlerinage de Djerba est organisé chaque année au 33e jour de la Pâque juive. Un évènement qui a été suspendu en 2011, et pour cause : la révolution arabe battait son plein. Avant de reprendre en 2012. Il s’agit d’un moment sacré pour les juifs de Tunisie, près de 1500 âmes. Pour rappel : avant l’indépendance (en 1956), le pays comptait 100 000 juifs.

Pour la petite histoire. Une des légendes fait remonter l’origine de la Ghriba à la destruction à Jérusalem du temple de Salomon, lorsque, fuyant la Palestine, des juifs se réfugièrent à Djerba et y établirent une synagogue en 586 avant JC.