Tunisie : Israël, sujet sensible!

Les Tunisiens ne veulent pas entendre parler de normalisation avec Israël. Depuis quelques semaines, une page Facebook appelant à la promotion des relations diplomatiques entre les deux pays, suscite la colère des internautes tunisiens. Une polémique qui intervient à peine un mois après le tollé suscité par les propos du chanteur Mohsen Cherif, qui avait scandé lors d’une fête de mariage, début août, « Vive Bibi Netanyahu! ». Mais que l’on s’y trompe pas : la Tunisie reste le pays le plus tolérant envers les Juifs dans le monde arabe.

Normaliser les relations avec Israël ? Pas question. Une page Facebook dédiée à « la promotion des relations diplomatiques, la croissance économique et l’amitié entre l’État d’Israël et la Tunisie », lancée début septembre par des Juifs originaires de Tunisie, suscite la colère des internautes Tunisiens. L’initiative est reçue par un flot de messages indignés, quand ce n’est pas des insultes. « Attention! Israël en Tunisie veut recruter des espions de nationalité tunisienne dans le but de travailler au service de l’Etat sioniste ! », prévient un internaute. «Ce qu’ils veulent, c’est connaître vos pensées, vos profils et surtout vos prises de position, ils veulent donc connaître mieux leurs ennemis », renchérit un autre.

« Vive Bibi Netanyahu! »

Il faut dire que, comme dans beaucoup d’autres pays musulmans, Israël n’est pas très populaire en Tunisie. On se souvient du tollé qu’avait provoqué parmi les Tunisiens une vidéo montrant le chanteur tunisien Mohsen Cherif scander « Vive Bibi Netanyahu! », diffusée sur Internet début août. Une dizaine de pages et de groupes avaient alors vu le jour sur Facebook pour dénoncer le chanteur. La page exigeant de « déchoir Mohsen Cherif de la nationalité tunisienne » avait remporté le plus de succès, avec plus de 5000 fans en à peine 4 heures. Acculé, le chanteur s’est justifié sur l’une des pages créées contre lui : « C’était pour rigoler, juste pour mettre un peu d’ambiance ! ». Mais les messages d’insultes continuent à ce jour d’affluer sur sa page. Son collègue, le chanteur Selim Baccouche, qui a également été filmé dans des fêtes destinées à un public israélien, a lui aussi été la cible d’une vague d’indignation sur Internet. La polémique l’avait contraint à annuler sa participation au Festival international de Carthage, le 9 août.

Cette hostilité envers Israël ne signifie pas que les Tunisiens sont antijuifs, mais traduit leur indignation de la politique de l’Etat hébreu envers les Palestiniens. Pour beaucoup, la Tunisie est considérée comme le pays le plus tolérant envers les Juifs en terre d’Islam. Chaque année au mois de mai, des milliers de Juifs affluent d’Israël et d’Europe pour effectuer le pèlerinage de la Ghriba sur l’île de Djerba, la synagogue la plus ancienne d’Afrique, dans une atmosphère festive. Bien que ramenée à quelque 2 000 personnes contre plus de 100 000 peu avant la création de l’Etat d’Israël, la communauté juive en Tunisie est considérée comme la plus importante dans le monde arabe.