Tunisie : Ghannouchi assure qu’Ennahdha va gagner les prochaines élections

Le leader du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a prononcé une allocation à l’occasion de l’ouverture du Congrès des jeunes du mouvement, vendredi 27 septembre 2013. Il a annoncé, en marge de ce congrès, que le Dialogue national démarrera en début de semaine prochaine. En outre, le leader d’Ennahdha assure que son parti va remporter les prochaines élections.

Rached Ghannouchi le président du mouvement Ennahdha a déclaré, lors de son discours dans le cadre des travaux du premier congrès des jeunes du mouvement Ennahdha, ce vendredi 27 septembre, que son parti gagnera les prochaines élections.

Des centaines de jeunes nadhaouis étaient présents dans ce congrès, à qui Rached Ghannouchi assura que le mouvement Ennahdha l’emportera lors des prochaines élections. Par ailleurs, Ghannouchi a indiqué qu’il est inconcevable de revenir au point de départ et qu’il faut finir la rédaction de la Constitution et organiser les élections.

A noter qu’Ennahdha accepte finalement l’initiative du Quartet et l’activation de son contenu. Le mouvement Ennahdha, a rendu public un communiqué, ce samedi 28 septembre 2013, dans lequel le parti a annoncé son acceptation de l’initiative du Quartet (UGTT, UTICA, Ordre des avocats, et la LTDH) et l’activation de sa solution de sortie de crise. Des signes de rapprochements pour le lancement du Dialogue la semaine prochaine. En effet, Houcine Abbassi, secrétaire général de l’UGTT, et Rached Ghannouchi, président du mouvement Ennahdha se sont rencontrés vendredi 27 septembre 2013, et leur entretien pourrait conduire le pays vers le commencement d’une nouvelle étape, sachant que les deux hommes ont réussi à rapprocher les points de vue des différentes formations.

Lors du congrès, Ghannouchi a précisé qu’Ennahdha ne permettra pas le retour de la tyrannie et a considéré ceux qui soulèvent le slogan « Sadam Sadam jusqu’à la chute du régime », sont ceux qui ont exercé la violence contre les étudiants islamistes. D’autre part, les participants au congrès ont critiqué les tentatives de renversement de la légitimité, affirmant leur soutien avec les partisans de la légitimité en Egypte.