Tunisie : deux morts dans des heurts à Jelma, dont un policier

Deux personnes, dont un policier, on été tuées dans une attaque contre un poste de police à Jelma, gouvernorat de Sidi Bouzid, dans la nuit de lundi à mardi.

La région de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie, est à nouveau sous les feux de la rampe. Une attaque contre un poste de police à Jelma a provoqué la mort d’un protestataire et d’un policier.

« Un groupe d’individus ont tenté d’envahir, dans la nuit de lundi à mardi, le poste de police de Jelma, pour revendiquer la mise en liberté d’un suspect arrêté dans une affaire de drogue », a indiqué l’agence de presse TAP, citant des sources médicale et sécuritaire. Les policiers ont fait usage de bombes lacrymogènes et ont ouvert le feu pour disperser les protestataires. C’est durant cette opération qu’ « un des manifestants a été atteint par balle d’autant plus que l’officier Marouen Hajji a été touché au niveau de la poitrine ».

Le ministère de l’Intérieur a, en outre, précisé que le « trafiquant de drogue » avait été interpellé par une patrouille anti-stupéfiants dans la nuit de lundi à mardi. Le groupe de « délinquants », ainsi décrit par le ministère sur sa page Facebook, aurait tenté d’incendier le poste de police à coups de « cocktails Molotov et des fusils de chasse » pour essayer de faire évader le suspect.

Par ailleurs, les postes de la sureté nationale, de la Garde nationale, de la Gare routière ainsi que l’hôpital local auraient été incendiés par le groupe d’individus. La Recette des finances à Jelma a également été saccagée.

L’armée est actuellement déployée devant les institutions et les écoles, dont les grilles sont restées closes durant la journée de mardi.