Tunisie : Ben Ali s’invite dans la Présidentielle

Ben Ali, ancien Président de la Tunisie

Alors que le scrutin présidentiel se prépare activement dans son pays, la santé de l’ancien chef de l’Etat tunisien, Zine el Abidine Ben Ali, s’invite au beau milieu des débats en Tunisie. Le point.

L’ancien Président tunisien, Zine el Abidine Ben Ali, serait gravement au point d’être évacué dans un hôpital en Arabie Saoudite. Pour la première fois, depuis sa chute en 2011, l’entourage de l’ex-Président reconnait qu’il est malade. « Le Président Ben Ali est malade », a écrit Me Mounir Ben Salha, avocat de l’ex-chef d’Etat, sur sa page facebook. Information qui a été confirmée par l’agence de presse Reuters.

Le jeudi soir, dans une interview, l’ancien ministre Youssef Chahed a déclaré sur la chaîne Hannibal TV qu’il laisserait l’ancien Président Ben Ali rentrer, s’il était vraiment malade. « Je donnerai mon feu-vert pour son retour. C’est un cas humanitaire. S’il est tombé malade comme le disent les rumeurs, il peut rentrer dans son pays comme tout Tunisien », a-t-il dit

Dans cette même soirée du jeudi, la fille de Ben Ali, Halima Ben Ali, a démenti les propos de l’avocat selon lesquels l’ancien Président serait gravement malade. Après la sortie de la fille de Ben Ali, l’avocat Mounir Ben Salha, a déclaré sur la radio Oxygene FM que l’état de santé de l’ancien Président était critique, mais qu’il est sorti de l’hôpital pour se soigner à la maison. Qu’en est-il réellement de la santé de Ben Ali ?

Ce feuilleton sur santé de l’ancien chef de l’Etat tunisien intervient au moment-même où la Tunisie prépare le vote pour élire un nouveau Président. Prévu ce dimanche 15 septembre 2019, le scrutin comporte toutefois une zone d’ombre avec notamment l’emprisonnement du candidat favori, Nabil Karoui, jeté en prison pour une affaire présumée de blanchiment d’argent et de fraude fiscale.

Soulignons que depuis que l’ancien Président a quitté son pays, il s’est rarement montré en public. Zine Abidine Ben Ali a été pendant 23 ans Président de la Tunisie qui a dirigée d’une main de fers au cours d’un règne sans partage. En 2011, il a été chassé du pouvoir par un soulèvement populaire qui a marqué le début du Printemps arabe. Depuis lors, il vit en Arabie Saoudite avec sa famille.