Trois hauts responsables de la police béninoise interpellés

L’ancien directeur général de la police nationale, le général Raymond Fadonougbo, ainsi que les commissaires Mathias Zomalètho et Benoît Toupé ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du deuxième cabinet de première instance de Cotonou.

Epinglés par le « Rapport Danon », commandé par le chef de l’Etat pour faire le point de malversations commises à la police nationale, ces hauts responsables convoqués mercredi ont été mis sous mandat de dépôt devront répondre de leur implication dans une affaire de détournement de 2 milliards de F CFA.

Au général Fadonougbo, il est reproché le détournement de 500
millions de F CFA, tandis que 3 millions de F CFA auraient été distraits par Mathias Zomalètho et que le divisionnaire Benoît Toupé aurait commis des malversations portant sur quelque 100 millions de F CFA.

Dans le même dossier, d’autres responsables tels que Francis
Awagbè Béhanzin, ancien directeur de l’administration de la
police nationale, et l’ex-commissaire de la brigade spéciale du
Port autonome de Cotonou, Agnès Alapini Houénou, étaient
attendus au cabinet, mais ils n’ont pas répondu à l’appel.

Après le limogeage du ministre des Affaires étrangères et de
l’Intégration africaine, Rogatien Biaou (interpellé puis relâché dans une affaire de vente illicite d’une partie de l’ambassade du Bénin aux Etats-Unis), ces nouvelles interpellations semblent attester la volonté des autorités béninoises de moraliser la vie publique.