Tragi-comédie à la frontière bénino-nigériane

Dans la nuit du lundi au mardi, des civils nigérians ont tiré sur des douaniers et policiers béninois à la frontière d’Igolo. Le poste de douane du Bénin a été brûlé ainsi qu’une partie de celui du Nigeria.

En pleine nuit, les balles sifflaient en présence du général de brigade Cocou Sémègan Lègba, le directeur de la gendarmerie béninoise. Il ordonne à ses éléments de riposter. D’où les échanges de tirs nourris. A l’origine de cette situation, une altercation entre Béninois et Nigérians suite à un incident.

D’après des sources bien informées, un citoyen nigérian aurait été violenté par l’un des assistants de police en poste à la frontière du coté béninois. Ce que les Nigérians n’ont pas accepté en provoquant une échauffourée. Dans la foulée, ils ont mis feu au bâtiment servant de poste de douane côté Bénin. Et dans ses ravages, le feu a consumé le véhicule du receveur de la douane béninoise avant d’entamer le poste douanier du Nigeria. A l’arrivée des sapeurs pompiers béninois, l’irréparable était déjà fait. Mais les combattants du feu ont sauvé ce qui pouvait l’être encore, tels que les armes et la caisse de recettes douanières.

Aux dernières nouvelles, les Nigérians n’auraient pas fait usage d’armes à feu mais de pétards afin d’effrayer les hommes en uniforme du Bénin pour les faire fuir. Si depuis mardi matin, tout est redevenu normal en termes de libre circulation des biens et des personnes venant ou allant au Nigeria, les dégâts causés sont énormes pour l’administration des deux Etats. Les autorités béninoises et nigérianes qui sont allées calmer la tension promettent de tout faire pour identifier les fauteurs de troubles.