Toumaï le Tchadien

Le plus vieil ancêtre de l’Homme a 7 millions d’années. La revue scientifique Nature vient de rendre publique la découverte en juillet 2001 d’un crâne fossilisé en plein désert tchadien. Une découverte qui secoue l’arbre généalogique de l’évolution humaine.

Notre premier ancêtre connu vivait il y a 7 millions d’années. La revue scientifique Nature a dévoilé, mardi, la découverte en juillet 2001 dans le désert tchadien, du plus vieux crâne d’hominidé jamais trouvé à ce jour. Ce nouvel aîné des fossiles, le Sahelanthropus tchadensis, bouscule la théorie du chaînon manquant entre l’Homme et l’animal.

 » C’est la plus importante découverte pour la mémoire de l’homme depuis celle des australopithèques dans les années 20 « , exulte devant les journalistes de la BBC Henry Gee, rédacteur en chef de Nature. C’est une équipe paléontologique franco-tchadienne, dirigée par le Français Machel Brunet, professeur à l’université de Poitiers, qui a déterré les ossements : un crâne presque intact, des fragments de la mâchoire inférieure, ainsi que trois dents.

Nouvel arbre généalogique de l’Homme

Surnommé Toumaï ( » Espoir de vie  » en langue goran et nom donné aux enfants tchadiens nés pendant la saison sèche) le Sahelanthropus tchadensis possède, à la fois, des caractéristiques humaines et simiesques. Si sa boîte crânienne rappelle celle des primates, la petite taille de ses canines et l’étroitesse de son visage révèlent les traits d’une évolution avancée.

Que s’est il passé dans l’évolution de l’Homme il y a 5 à 10 millions d’années? Les connaissances actuelles sur cette périodes restent floues. La théorie de chaînon manquant, qui reposait sur l’existence d’un unique spécimen, est aujourd’hui sérieusement ébranlée. Toumaï est plus vieux d’au moins un million d’années que les anciens premiers fossiles découverts. Il s’inscrit comme une nouvelle branche de notre arbre généalogique. Un arbre plus complexe que les paléontologues ne l’imaginaient.