Togo : « Les préservatifs avaient l’épaisseur et la sensitivité d’un pneu »

Manya Andrews est consultante en communication santé à Populations Services International au Togo. Au cours d’une conférence récente sur le VIH et la vie de couple, elle a parlé à IRIN/PlusNews de la façon dont son équipe et elle-même ont dû repenser leurs opinions sur le sexe, afin de donner un nouvel élan à la campagne togolaise de distribution de préservatifs masculins.

« Nous n’avancions plus dans la distribution des préservatifs ; nous avons donc fait machine arrière et étudié le produit. Nous allions justement changer de donateur, c’était donc une opportunité de changer de fournisseurs [de préservatifs]… nous avons décidé que c’était pour nous une véritable opportunité de découvrir ce qui plaisait aux gens et ce qui ne leur plaisait pas.

Les trois griefs principaux étaient l’odeur, qui était relativement forte, le fait que les préservatifs se déchiraient tout le temps et le fait qu’ils n’étaient pas assez lubrifiés.

Grosso modo, les préservatifs que nous avions … [distribués] avaient l’épaisseur et la sensitivité d’un pneu ; le [lubrifiant] était, disons, ce truc à base d’amidon de maïs qui sent terriblement mauvais, et [pour les femmes], c’était douloureux. Ils étaient complètement nuls, aussi nous avons commencé à en tester d’autres. Après le changement, nous avons assisté à une forte progression de l’utilisation.

Nous avons également été surpris que voir que les gens voulaient utiliser des préservatifs. Même nos propres collaborateurs étaient convaincus à tort que les gens ne voulaient pas utiliser de préservatifs et nos décisions étaient parfois fondées sur cette idée.

Recul des idées reçues

Ça a été très drôle quand les auditeurs du Fonds mondial (contre le sida, la tuberculose et la malaria) sont venus alors que nous étions en train de tester ces nouveaux préservatifs.

Nous avions des préservatifs partout sur les tables dans notre salle de réunion et nous étions en train de les sentir, de les toucher, de les goûter … quand les gars de PricewaterhouseCoopers [la société d’audit] sont arrivés.

Nous faisions [aussi] du coaching sur la façon d’utiliser un préservatif, mais nous avons découvert que les gens ont tout de même besoin de l’avoir dans les mains, de jouer avec et de l’essayer eux-mêmes.

Pour nous cela a encore été une leçon essentielle et soudain nous nous sommes dit : ‘Il faut que nous changions complètement notre façon de procéder.’ Il nous fallait descendre du podium et rejoindre la foule.

Pas étonnant que les gens vous disent que cela prend trop de temps d’utiliser un préservatif : pour expliquer les 15 étapes de l’utilisation d’un préservatif, [cela prenait bien] 15 minutes, et les gens devaient s’imaginer qu’il fallait tout ce temps pour l’utiliser en réalité.

Nous nous sommes dit : ‘Ramenons cette procédure à deux étapes pour simplifier – ‘pincer’ et ‘dérouler’– c’est tout … Si j’y arrive, vous aussi vous pouvez y arriver et avant de nous quitter, nous allons tous apprendre comment faire et tous recevoir notre ‘certification préservatif.’

Et maintenant toute la communication autour des préservatifs vise littéralement à s’assurer que tous les participants maîtrisent cette compétence avant de quitter la séance. »