Togo : instauration du couvre-feu et de l’état d’urgence sanitaire

Faure Gnassingbé, Président du Togo

Le Togo à l’instar des autres pays du monde a déjà enregistré ses premiers cas de Coronavirus. Le bilan actuel est de 20 cas officiels, 17 guéris et deux décès. Pour freiner la propagation du mal, le président Faure Gnassingbé, a communiqué à la nation, mercredi dernier, les différentes mesures prises par son gouvernement.

Depuis jeudi, le couvre-feu est entré en vigueur au Togo de 19 heures à 6 heures. Pour que toutes les décisions prises dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus soient respectées, une force spéciale de 5 000 hommes a été mise sur pied. Le volet socio-économique n’a pas été écarté et les mesures dans ce sens seront accompagnées par un fonds national de solidarité de 400 milliards de francs CFA. La volonté du premier des Togolais est de limiter autant que possible les conséquences de la pandémie du Coronavirus.

Les implications

Le couvre-feu implique un certain nombre de réorganisation dans la vie quotidienne de tout le monde. En ce qui concerne l’administration et les services, un réaménagement sera fait pour ce qui est des horaires de travail. Désormais, les journées de travail s’étendront en continue, de 9 heures à 16 heures. D’autres mesures sociales telles que la remise de peine impliquant la libération de 1 048 personnes détenues dans les prisons du pays ont été annoncées. Dans le même sillage, pour limiter les risques d’apparition de nouveaux cas, la réduction des transports en commun a été décidée. Les motocyclistes, pour leur part, ne sont plus autorisés à remorquer qui que ce soit.

Les médecins bénéficieront aussi du matériel adéquat pour faire face à la situation. Une commande de 250 appareils respiratoires a été faite et ne devrait pas tarder à être livrée. Avec ces nouvelles mesures qui viennent s’ajouter à d’autres initiatives, le Togo s’arme donc comme il peut pour lutter contre la pandémie.

A lire : Coronavirus au Togo : les débarquements interdits pour 14 jours