Togo : Faure Gnassingbé officiellement Président, l’opposition se résigne-t-elle ?

Gabriel Agbéyomé Kodjo

Mardi 3 mars, la Cour constitutionnelle du Togo s’est prononcée sur la récente élection présidentielle dans le pays. La juridiction suprême a confirmé le résultat donné par la CENI, validant ainsi la victoire du Président Faure Gnassingbé.

La victoire de Faure Gnassingbé a été confirmée par la Cour constitutionnelle. Le Président togolais brigue ainsi son 4ème mandat présidentiel avec 70,78% des voix, un recul de deux points par rapport au résultat de la CENI. Il est suivi par le candidat Agbéyomé Kodjo qui a obtenu 19,46% des suffrages et du leader de l’opposition, Jean-Pierre Fabre, avec 4,68% des voix.

Dans la salle de proclamation des résultats, assis au premier rang, on retrouve plusieurs personnalités togolaises dont Komi Sélom Klassou, le chef du gouvernement, et Yawa Djigbodi Tsegan, actuelle présidente du Parlement. De nombreux personnalités diplomatiques dont l’ambassadeur des Etats-Unis près le Togo, étaient également présentes.

Après la proclamation des résultats de la Présidentielle qui confie pour une quatrième fois la nation togolaise à Faure Gnassingbé, le chef du gouvernement n’a pas caché son enthousiasme. Pour lui, le pays se trouve une fois de plus entre des mains avisées.

Agbéyomé se résigne-t-il ?

En revanche, chez le candidat malheureux Gabriel Agbéyomé Kodjo, c’est l’ire et la résignation. On se rappelle qu’au lendemain du premier tour de l’élection, il avait annoncé, lors d’une conférence de presse, sa victoire par KO ; prétention très tôt désavouée par la CENI qui a donné Faure Gnassingbé victorieux. L’homme soutient qu’il y a eu de la supercherie et de la tricherie. Il laisse d’ailleurs entendre que la lutte continue, car il a une responsabilité envers les personnes qui ont voté pour lui. Il convie ensuite ses sympathisants à « aller chercher la victoire ». Que doit-on comprendre par ses mots ? Prépare-t-il un coup ? Pour l’instant, il n’y a aucune fuite d’information hormis le fait que le candidat malheureux est en concertation avec les autres candidats.

Mais déjà, les forces de la dynamique Kpodzro se mobilisent et exigent le rétablissement de la vérité des urnes et la proclamation de la victoire en faveur de leur candidat, Agbéyomè Kodjo.