Terrorisme : AQMI reste la « principale menace » contre la France

Le juge anti-terroriste Marc Trévidic a indiqué que l’organisation terroriste Al-Qaida au Magrhreb islamique (AQMI) reste la principale menace contre la France.

Selon le juge anti-terroriste Marc Trévidic, dans un entretien publié ce mercredi dans Le Parisien, bien que les profils des jihadistes revenant de Syrie en France soient « inquiétants », mais « la principale menace » pour la France vient d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Alors que le gouvernement présente, ce mercredi, un projet de loi renforçant les mesures antiterroristes concernant les jihadistes ou candidats au jihad en Syrie, le juge d’instruction admet qu’actuellement « ces dossiers-là submergent le pôle antiterroriste ».

D’après Marc Trévidic, « même si la France, aux yeux de cette organisation terroriste, n’a plus le vent en poupe, elle demeure, à court terme, notre principale menace terroriste, et reste l’ennemi numéro un. C’est une vieille histoire, entre eux et nous. Cela remonte aux années 1990, au GIA (Groupe islamique armé) et au GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) ».

La création de l’Etat islamique (EI) n’a « pas encore » changé la donne en la matière, explique-t-il. « Pour l’instant, au pôle antiterroriste, on compte une trentaine de dossiers relatifs à des départs de Français pour l’Etat islamique », précise-t-il, soulignant que leur nombre va fatalement s’accroître, « car Abou Bakr Al-Baghdadi, qui ose tout et à qui tout semble réussir, jouit d’un fort pouvoir d’attraction auprès des candidats au jihad. Mais sa priorité, pour l’instant, consiste à consolider son califat. Menacer la France, cela viendra sans doute, mais plus tard », analyse le juge d’instruction au pôle anti-terroriste.