Tension diplomatique : le consul du Maroc à Oran a quitté l’Algérie, expulsé ?

Le consul du Maroc à Oran a quitté l’Algérie, dans le vol de rapatriement des ressortissants marocains bloqués dans ce pays voisin affrété par la compagnie marocaine, la Royal Air Maroc. A-t-il été expulsé ou rappelé ?

Les autorités algériennes ont mis à exécution leurs menaces. C’est tout le sens du départ annoncé par les journaux algériens, notamment TSA (Tout Sur l’Algérie), qui a indiqué que le départ du consul marocain était prévisible, puisqu’il a été réclamé par les autorités algériennes.

Faisant le genèse de l’histoire, le journal rappelle que « début mai, lors d’une rencontre avec des membres de la communauté marocaine venus protester contre le refus de Rabat de les rapatrier, le Consul a tenu de graves propos à l’égard de l’Algérie qu’il a qualifié de « pays ennemi ».

Le diplomate avait provoqué une mini-crise diplomatique entre le Maroc et l’Algérie, en confiant que « nous sommes dans un pays ennemi, je vous le dis franchement », rappelle TSA qui remémore que le 13 mai, le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Bakhdoum, a convoqué l’ambassadeur du Maroc en Algérie, en lien avec cette sortie.

« La qualification par le Consul général du Maroc à Oran, si elle venait à être établie, de l’Algérie de ‘pays ennemi’ est une violation grave des us et coutumes diplomatiques, qui ne saurait être tolérée », avaient signifié les autorités algériennes à l’ambassadeur du Maroc. Ce fut le début d’une nouvelle tension politique.

En effet, alors que les autorités algériennes insistaient que la vidéo était authentique, à l’ambassade du Maroc à Alger, l’on est convaincu que « la vidéo à laquelle vous faites référence a fait l’objet d’un montage pour faire tenir à notre diplomate des propos qu’il n’a proférés à aucun moment ».

Le départ du consul, jusque-là considéré comme une question de temps, est effectif depuis jeudi, selon des informations diffusées par la presse algérienne. L’on ne sait toutefois pas si le diplomate a été expulsé par les autorités algériennes ou s’il a été rappelé par sa hiérarchie.

Pour rappel, ils étaient quelque 300 Marocains bloqués en Algérie, du fait notamment des mesures restrictives prises dans la cadre de la lutte contre le Coronavirus, à avoir quitté l’aéroport Ahmed Ben Bella d’Oran à destination d’Oujda, au Maroc. Tous les frais afférant à ce transfert ont été pris en charge par les autorités marocaines.