Téléthon en ligne

Du nouveau pour les généreux donateurs du Téléthon marocain 2002. Ils peuvent désormais faire leurs dons sur le Net. Un moyen d’élargir encore la portée de l’opération. Interview de Mohamed El Khadiri, président de l’Amicale marocaine des handicapés (AMH).

Afrik : Pourquoi ajouter les dons en ligne aux outils habituels de collecte du Téléthon ? Cela correspond-il à une demande de vos donateurs?

Mohamed El Khadiri : Absolument. Et nous souhaitons ouvrir le champ de la collecte à tous les modes de paiement possibles. Internet n’est bien sûr qu’un moyen parmi d’autres. Il existe également des tirelires installées dans de nombreux magasins, des collectes et des dons directs. Mais c’est la grande trouvaille de la fin du siècle et il faut que ce développement profite aussi à l’humanitaire.

Afrik: Avez-vous eu des difficultés à mettre en place ce système et trouver des partenaires ?

Mohamed El Khadiri : Aucune. C’est même la société Maroc Télécommerce qui est venue spontanément au-devant de nous pour nous proposer ses services en prévision du Téléthon. C’était vraiment la bonne surprise de cette édition 2002.

Afrik: Qui sont les donateurs qui utilisent Internet ?

Mohamed El Khadiri : L’opération a commencé le 9 mai et se clôt dans quatre jours, le 18. Il est encore trop tôt pour faire des statistiques et connaître la proportion de gens qui ont versé leurs dons par Internet. Mais le paiement en ligne n’en est qu’à ses débuts au Maroc. Ce sont surtout les Marocains installés à l’étranger, mais aussi tous les amis du Maroc et les gens sensibles partout dans le monde à la cause des handicapés qui utilisent ce nouveau système. Nous parvenons à les atteindre grâce à deux sites Internet, qui se chargent de la communication sur le Téléthon, et une chaîne marocaine par satellite, qui a une forte audience notamment parmi les Marocains à l’étranger.

Afrik: Les Marocains ont-ils des inquiétudes concernant la sécurité des paiements en ligne?

Mohamed El Khadiri : Oui, nombreux sont les Marocains méfiants. Mais nous sommes à même de les rassurer. Les mesures de sécurité sont les mêmes que partout ailleurs dans le monde et le paiement s’entoure de toutes les précautions possibles.

Afrik: Vous comptez récolter cette année 30 millions de dirhams. Pensez-vous atteindre cet objectif et à quoi affecterez-vous les fonds ?

Mohamed El Khadiri : 30 millions de dirhams (environ 3 millions d’euros), cela correspond en fait à 1 dirham par personne. Nous pensons pouvoir réunir cette somme. Quant aux fonds, ils serviront en priorité à établir un budget pérenne pour notre premier centre de rééducation installé à Casablanca et à développer ses annexes, notamment un centre sportif et des espaces sociaux. Mais nous projetons également de construire d’autres centres dans cinq régions du Maroc, en partenariat avec les associations régionales. De développer aussi la formation des professionnels du handicap. Nous sommes à l’avant-garde. Et il y a fort à faire pour rattraper le retard accumulé dans la prise en charge des quelque 3 millions de handicapés marocains.