Ted Kennedy : « Le lion du Sénat » a rejoint sa dernière demeure

Edward  » Ted » Kennedy est inhumé au cimetière d’Arlington, à Washington, depuis ce samedi. Ses multiples combats en faveur des droits civiques, des handicapés ou encore de l’Apartheid ont fait du sénateur un héros américain salué par les politiques et les anonymes.

Le sénateur américain Edward Moore « Ted » Kennedy a été enterré ce samedi au cimetière national d’Arlington, à Washington, aux côtés de ses frères John, le président assassiné en 1963, Robert, le ministre de la Justice puis candidat à la présidentielle tué en 1968 et Joseph, tombé à la guerre en 1944. Plus tôt, à l’église catholique Notre Dame du perpétuel Secours à Boston (Massachusetts, nord-est), Barack Obama a prononcé une oraison funèbre où il a rendu un dernier hommage à celui qui a soutenu dès janvier 2008 sa candidature aux élections présidentielles américaines. Le président a salué «le champion des démunis, l’âme du parti démocrate et le lion du Sénat des Etats-Unis ». Il a également estimé que Ted Kennedy était «le plus grand législateur de notre époque ». Barack Obama évoquera notamment les lois en faveur des droits civiques, sa réforme de l’immigration et son action pour les handicapés et la couverture médicale des enfants.

Son engagement politique et son combat pour les plus défavorisés ont renforcé l’admiration que lui portent les Américains, fascinés par la famille Kennedy et son implication dans la vie politique des Etats-Unis. La communauté afro-américaine n’y échappe pas. Comme en témoigne Rocky Twyman, 60 ans, un Africain-Américain venu saluer la mémoire du sénateur à Arlington. Pour lui, qui a milité pour les droits civiques, « Ted Kennedy était un véritable ami de la communauté noire », lit-on sur le site du journal suisse Le Matin.

«Champion» de la lutte pour les droits civiques et contre l’Apartheid

La lutte du sénateur américain pour les droits civiques trouvera un écho en Afrique, notamment en Afrique du Sud. « C’était un champion de la démocratie et des droits civiques », a indiqué Nelson Mandela dans un communiqué publié par sa fondation. De même, le Congrès national africain (ANC) a reconnu que « Ted Kennedy a fait partie des dirigeants qui se sont fait champions de la lutte contre le régime de l’apartheid ». A l’invitation de Desmond Tutu qui souhaitait attirer l’attention de la communauté internationale, le sénateur américain s’est rendu en Afrique du Sud en janvier 1985. Ce dernier organisera une manifestation devant la prison de Pollsmoor où Nelson Mandela était détenu et rencontrera son épouse d’alors Winnie Mandela, assignée en résidence, ainsi que plusieurs militants anti-apartheid. Le sénateur ira également constater les conditions de vie des Sud-Africains noirs dans les townships. Dès lors, il se mobilisera afin que son gouvernement prenne des sanctions contre le régime ségrégationniste de Pretoria.

En 47 ans de présence au Sénat américain, comme représentant du Massachusetts, Ted Kennedy, décédé mardi dernier d’une tumeur au cerveau, a rajouté quelques lignes à l’histoire d’une famille dont le destin est intimement lié à celui de la nation américaine.