Tchad : une kamikaze arrêtée, la police traque d’autres suspects

Au Tchad, les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation d’une femme qui comptait faire exploser une bombe près de Baga Sola. A la suite de son arrestation, elle a signalé la présence d’autres kamikazes sur les lieux de l’attentat déjoué.

Un drame a été évité de justesse au Tchad. En effet, alors qu’une femme avait l’intention de faire exploser une bombe près de Baga Sola, les services de sécurité l’ont arrêtée juste à temps. Interpellée, elle a signalé la présence d’autres kamikazes dans la nature. La police est actuellement à la recherche d’éventuels suspects.

Selon RFI, c’est une large blessure à la cuisse gauche qui a attiré l’attention des services de sécurité. Interpellée non loin de Baga Sola, elle a indiqué qu’elle avait pour mission de se faire exploser dans le village de Dabantchali pour le compte de Boko Haram. « Je n’étais pas seule. Quatre combattants de ma katiba ont aussi traversé au même moment. Eux avaient pour mission de se rendre à Bol pour le même objectif », a-t-elle précisé.

De sources sécuritaires, plusieurs interpellations ont eu lieu depuis jeudi. Mais les services de sécurité n’ont toujours pas mis la main sur les quatre kamikazes évoqués par la femme arrêtée, craignant qu’il ne s’agisse d’une dénonciation calomnieuse.

Cette attaque déjouée n’a pas été revendiquée mais elle porte la marque du groupe terroriste nigérian Boko Haram qui, depuis 2009 et l’arrivée d’Abubakar Shekau à la tête du groupe, commet des attaques dans les lieux publics en utilisant des femmes kamikazes.

Au moins trois explosions simultanées ont eu lieu, samedi 10 octobre 2015 dans l’après-midi, à Baga Sola, ville du Tchad située près de la frontière avec le Nigeria, dans la région du Lac Tchad. Selon les services de sécurité tchadiennes, ces attaques, qui ont fait au moins 37 morts, portent l’empreinte du groupe terroriste nigérian Boko Haram.