Tchad : un poste militaire attaqué par le groupe terroriste Boko Haram

Le groupe terroriste Boko Haram

L’attaque d’un poste avancé installé par l’armée dans la région du Lac Tchad a donné lieu à un affrontement qui s’est soldé par un bilan de 13 terroristes morts et 4 soldats tués. Trois blessés graves sont aussi à déplorer dans les rangs de l’armée. Les autorités tchadiennes attribuent cette attaque au groupe djihadiste Boko Haram.

L’affrontement s’est déroulé dans la région du Lac Tchad entre les villages de Baga Sola et Ngouboua, dans la nuit du 1er au 2 décembre 2019. Par le passé, les djihadistes avaient kidnappé dans cette zone, un infirmier, un médecin et leur conducteur. C’est suite à ce kidnapping que l’armée a décidé d’y installer un poste avancé.

Profitant de l’obscurité, les terroristes se sont approchés discrètement du poste militaire et ont déclenché la fusillade. La réplique des soldats de l’armée tchadienne a été automatique. Au bout d’une heure d’affrontement, les soldats ont réussi à repousser les terroristes. Sous les coups de feu de leurs adversaires, les assaillants ont dû se replier précipitamment, abandonnant derrière eux 13 corps de leurs camarades. L’armée tchadienne a perdu, quant à elle, 4 de ses soldats et trois autres sont gravement blessés.

Connu pour son mode opératoire : invasion éclair puis pose d’explosifs, si ce ne sont pas des attaques kamikazes, le groupe terroriste, à travers ce nouvel assaut, confirme qu’il a changé son stratagème habituel, prenant le devant des attaques. Dès lors, se pose la question de savoir si Boko Haram n’a pas réussi à recruter suffisamment d’hommes et à reconstituer sa logistique.