Tchad : que retenir du premier discours à la nation du général Mahamat Idriss Déby ?


Lecture 3 min.
Mahamat Idriss Déby
Mahamat Idriss Déby

Dans l’après-midi de cette journée agitée par des manifestations réprimées par les forces de l’ordre, le Président du Conseil militaire de transition (CMT), qui a pris les rênes du pouvoir depuis la mort du maréchal Idriss Déby Itno, s’est adressé à ses concitoyens. Une semaine, jour pour jour, après son accession au pouvoir, le général Mahamat Idriss Déby a prononcé sa première grande allocution publique, diffusée sur à la radio et à la télévision nationales.

Une justification de la mise en place du CMT

Le tout nouveau Président du Tchad s’est prononcé sur le Conseil militaire de transition dont il justifie la mise en place. Pour lui, face à la menace rebelle, les forces de défense et de sécurité tchadiennes n’avaient d’autre choix que de prendre « leurs responsabilités devant l’histoire et le peuple ».
« Confronté au renoncement du Président de l’Assemblée nationale d’assumer sa responsabilité constitutionnelle et face à ce péril imminent, un Conseil militaire de transition a été mis en place pour faire face au péril ultime. La charte de transition qui fonde nos actions est une base pour la mise en œuvre de notre dispositif institutionnel », a indiqué le fils de Idriss Déby Itno.

Il a tenu à rassurer ses compatriotes sur les intentions du CMT dont le seul objectif est d’assurer la continuité de l’État : « Les membres du CMT sont des soldats qui n’ont d’autre ambition que celle de servir loyalement et avec honneur leur patrie. Toute autre attitude des membres du CMT sera une atteinte impardonnable à la mémoire du Maréchal et à l’engagement face au peuple ».

La formation d’un gouvernement de réconciliation nationale

Le discours à la nation du Général Mahamat Idriss Déby laisse apparaître une volonté du CMT d’œuvrer pour la réconciliation nationale, la paix et l’unité. Ceci passe par la mise en place d’un « gouvernement de réconciliation nationale, composé d’une équipe soudée, compétente et représentative du Tchad pluriel », et l’organisation d’un dialogue national inclusif qui « n’éludera aucun sujet d’intérêt national ».
Dans le même ordre d’idées, un Conseil national de transition aura la mission d’élaborer une nouvelle Constitution : « Dans les prochains jours et après les consultations en cours, un Conseil National de Transition, représentatif de toutes les provinces et de toutes les forces vives de la Nation sera également mis en place, de façon consensuelle et concertée, pour permettre l’accompagnement législatif de l’action gouvernementale et donner au pays les bases d’une nouvelle Constitution », a déclaré le chef de l’État tchadien.

L’appel à la communauté internationale

Pour le premier citoyen du Tchad, l’ensemble des actions prévues par le CMT ne pourrait être mis en œuvre sans le soutien de la communauté internationale. C’est pourquoi Mahamat Idriss Déby tend la main aux partenaires internationaux : « Le Tchad a besoin d’un soutien massif de ses partenaires pour stabiliser une situation économique et financière durement impactée par le contexte sécuritaire, sanitaire, humanitaire et social ».
Dans le même temps, il rassure ces partenaires sur la disponibilité de son pays à continuer à honorer ses engagements internationaux surtout en tant que pays pivot dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter