Tchad : après un quart de siècle au pouvoir, Idriss Deby brigue un nouveau mandat

Après avoir passé 25 ans au pouvoir, Idriss Deby se présentera pour un cinquième mandat à la présidentielle du 10 avril.

Les résultats de la présidentielle du 10 avril 2016 seront sans doute sans surprise. Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby Itno, qui laisse peu de marge à l’opposition, au pouvoir depuis 25 ans, se présentera de nouveau pour un cinquième mandat après avoir été investi mardi comme candidat par le Mouvement patriotique du Salut (MPS), au pouvoir. « Vous me faites l’immense honneur de me renouveler votre confiance en m’investissant de nouveau comme votre candidat au scrutin présidentiel de 2016 », a déclaré le dirigeant tchadien devant les militants du MPS.

Le Président tchadien a aussi annoncé mardi son intention « d’adapter les institutions en modifiant la Constitution pour limiter le nombre de mandats ».
« La réintroduction du principe de limitation des mandats présidentiels dans la Constitution doit être posée car il y va de la vitalité de notre jeune démocratie », a indiqué le Président. « Il faut limiter le mandat, il ne faut pas se focaliser sur un système où l’alternance devient difficile », a-t-il ajouté.
Pourtant en 2004, il avait modifié la Constitution qui limitait le nombre de mandats présidentiels à deux, afin de se maintenir au pouvoir en se représentant.

Idriss Deby a aussi annoncé son intention « d’en finir radicalement avec l’Etat centralisé d’un vaste pays, divisé entre sud et nord ». « N’ayons pas peur des mots, je crois fortement que nous pouvons envisager sérieusement de tendre vers un système de type fédéral pour mieux responsabiliser les citoyens et améliorer le fonctionnement des services publics », a-t-il avancé.

Deux candidats de l’opposition, Kassire Coumakoye et Malloum Yobode, se sont aussi déclarés pour la prochaine présidentielle. Saleh Kebzabo, le chef historique de l’opposition, devrait également se porter candidat courant février après avoir été désigné par son parti.

Idriss Deby, qui est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1990 en renversant Hissène Habré, a déjà été élu président de la République à quatre reprises. Il est régulièrement pointé du doigt par les organisations de défense des droits de l’Homme pour les arrestations arbitraires, ou encore les disparitions d’opposants qui sont de mise dans le pays. Sans compter que le Tchad est parmi les 10 les plus pauvres au monde, selon le classement de l’Indice du développement Humain (IDH) des Nations unies.