Taubira comparée à un singe : l’ex-élue FN écope de neuf mois de prison ferme

L’ex-élue FN, Anne-Sophie Leclère, a été condamnée mardi par le tribunal de Grande Instance de Cayenne à neuf mois de prison ferme pour avoir traité la ministre de la Justice Christiane Taubira de singe. L’ex-tête de liste à Rethel (Ardennes) sera également inéligible durant cinq ans, assortie d’une amende de 50 000 euros.

Anne-Sophie Leclère y réfléchira à deux fois désormais avant de proférer des injures racistes. L’ex-tête de liste du Front national (FN) aux municipales à Rethel (Ardennes) a en effet été condamnée mardi par le tribunal de Grande Instance de Cayenne à une peine de neuf mois de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité, assortie d’une amende de 50 000 euros pour avoir comparé la ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe.

C’est le mouvement guyanais Walwari qui avait déposé une plainte au tribunal de Grande Instance de Cayenne. Il voulait « dénoncer le fond idéologique d’extrême droite du parti de Marine Le Pen ». Finalement, le tribunal est même allé au-delà des réquisitions du parquet qui avait demandé une peine de quatre mois de prison, 5 ans inéligibilité et 5 000 euros d’amende, rapporte Le Figaro. Il a également condamné le Front national à verser 30 000 euros d’amende.

Une condamnation jugée trop sévère par le FN qui évoque un « guet-apens ». En comparant la Garde des Sceaux à un singe, l’ex-élue FN avait provoqué un véritable tollé au sein des associations et organisations de lutte contre le racisme en France. Plusieurs s’étaient élevées dans le pays pour dénoncer une nouvelle dérive du Front National. Pour éteindre l’incendie, le FN s’était immédiatement désolidariser d’Anne-Sophie Leclère.

Tout a commencé lorsque l’ex-élue a effectué un photomontage qu’elle avait placé sur sa page Facebook et qui montrait d’un côté un petit singe et de l’autre la garde des Sceaux, avec les légendes « à 18 mois » et « maintenant ». Un montage qu’ Anne-Sophie Leclère avait assumé lors d’un reportage de l’émission Envoyé spécial diffusé le 17 octobre dernier, assurant que « ça n’a rien à voir avec du racisme. Un singe, cela reste un animal, un Noir, c’est un être humain. J’ai des amis qui sont noirs, ce n’est pas pour cela que je leur dis que c’est des singes », arguait. Elle voulait montrer, selon elle, que la ministre est « une sauvage. Quand on lui parle de quelque chose de grave, elle vous fait un sourire, mais faut voir, un sourire du diable ».