Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech « fermés » : Royal Air Maroc et Air Arabia dans le flou

Un avion de Royal Air Maroc
Un avion de Royal Air Maroc

La décision prise par les autorités marocaines de mettre en quarantaine les villes de Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech plonge les compagnies aériennes dans un flou total. La mesure prise par les ministères de l’Intérieur et de la Santé du Maroc est entrée officiellement en vigueur dimanche.

Alors que les autorités marocaines ont, depuis dimanche 26 juillet à 00h00, pris la décision d’interdire les déplacements de et vers les villes de Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech, les compagnies aériennes n’ont pas été avisées sur les procédures à suivre avec les passagers suite à la restriction des déplacements.

Cette décision du gouvernement marocain, relative à l’interdiction de quitter ou de se rendre dans ces huit villes marocaines, coïncide avec le fait que nombreux sont ceux qui ont déjà payé leurs billets pour des vols domestiques à partir des villes « isolées ». Et la question est unanime : peut-on voyager vers ces destinations soumises à restriction ? En tous les cas, cette disposition restrictive n’empêche aucunement aux Marocaines et Marocains de circuler librement entre ces villes.

« Pour l’instant, il n’y a aucune décision du ministère du Tourisme, de l’Artisanat et du Transport aérien, ni de la Direction générale de l’aviation qui dit que les vols doivent s’arrêter (…). Mais pour le moment, les vols sont opérés normalement », a indiqué une source de Medias 24. « Les trajets vers les aéroports des villes barricadées sont toujours accessibles », ajoute une autre source.

« En cas de contrôle sur la route, les voyageurs peuvent présenter le passeport et le billet d’avion (…). S’agissant des personnes en provenance des pays étrangers et qui doivent faire le trajet vers les villes fermées, il a été mis en place un stand à l’arrivée, au niveau des aéroports de Fès et de Casablanca pour leur délivrer des autorisations leur permettant de se déplacer », précise-t-on.

Les autorités marocaines sont attendues pour donner plus de détails sur les mesures à suivre par les compagnies aériennes, notamment Royal Air Maroc et Air Arabia qui, pour le moment, maintiennent leurs vols. Ce qui n’empêche pas de plonger dans la tourmente les voyageurs ayant déjà payé leurs billets pour des vols internes.