Sud-Soudan : un gouvernement d’union approuvé par Salva Kiir

Une réunion, convoquée à Juba par le Président Salva Kiir, a convenu d’une formation complète d’un gouvernement d’union. Y ont participé le premier Vice-président Riek Machar, les quatre autres vice-présidents, le conseiller présidentiel à la sécurité nationale, le ministre des affaires présidentielles par intérim et le ministre du Cabinet.

« L’objectif de la réunion était de discuter de la mise en place des États et des gouvernements locaux. Après une longue délibération cordiale, la réunion a décidé que le Président nomme l’État et le gouvernement local de neuf États, à l’exception de celui du Haut-Nil. La réunion a également décidé que le Président procède à la mise en place de l’Assemblée législative nationale de transition revitalisée et du Conseil des États », a déclaré le ministre des Affaires du Cabinet, Martin Elia Lumuro, dans un communiqué de presse.

Martin Elia a ajouté que la réunion avait également chargé le gouvernement d’unité de tenir une conférence nationale à Juba pour toutes les communautés de l’État du Haut-Nil afin de discuter des moyens de mettre fin aux différences tribales dans l’État, avant la décision finale sur la nomination de leur gouverneur. Selon le communiqué, le Président Kiir devrait publier un décret sur les décisions prises.

Au mois de septembre dernier, l’organe de surveillance de la paix a appelé les parties à accélérer rapidement la mise en œuvre des tâches en suspens convenues dans l’accord. Parmi les principales préoccupations soulevées par la Commission mixte de suivi et d’évaluation reconstituée figurait la nécessité d’une résolution rapide sur l’établissement des États et des collectivités locales. Il a également appelé à une reconstitution rapide de l’Assemblée législative nationale de transition (TNLA), conformément à l’article 1.14.2 de l’Accord de paix renouvelé.

Conformément à l’accord de paix de 2018, le Parlement national et le Conseil des États seront reconstitués. Il stipule que le Parlement passera de 400 à 550 membres. Le nouvel accord de paix stipule que la TNLA reconstituée doit, dans la conduite de ses affaires, soutenir l’accord et adopter une législation qui permet et facilite les processus de transition et les réformes décrites dans l’accord. Il a pour mandat de légiférer et de tenir le gouvernement responsable de ses politiques, de ses actions et de ses dépenses, et il est chargé de fonctionner en même temps que le nouveau gouvernement d’unité jusqu’à la tenue d’élections.

Dr. Riek Machar, left, greets South Sudan President Salva Kiir, right, on his arrival in Juba, South Sudan, Monday, Sept.9. 2019. South Sudan opposition leader Riek Machar returned on Monday to meet with President Salva Kiir and held talks in preparation for the formation of a coalition government in November. (AP Photo/Sam Mednick)

Cependant, une autre tâche cruciale qui empêche la formation complète du gouvernement d’unité est l’unification des forces nécessaires pour sauvegarder l’accord de paix renouvelé de 2018. Les forces cantonnées dans divers sites d’entraînement à travers le pays attendent leur diplôme et leur déploiement.