Stop au gaspillage informatique !

« Je dis STOP! STOP au gaspillage informatique sans cesse appliqué dans les entreprises tous secteurs d’activités confondus. »

« Je dis STOP! STOP à la fracture numérique Nord/Sud qui pourrait diminuer si l’on voulait s’en donner la peine en changeant nos décisions. »

Vous, entrepreneurs, start-upeurs du monde entier qui pensez que jeter et détruire tout le matériel inutilisé est une fin en soi, choisissez d’agir autrement : participez activement à la régression de cette fracture, décidez que dès maintenant mettre votre matériel à disposition d’organisations de solidarité internationale, est un choix stratégique, permettez que des jeunes scolarisés issus de régions ou de quartiers isolés et appauvris d’Afrique, puissent accéder à l’information et la communication via Internet.

Du gâchis, voilà ce qu’il en est de tous ces ordinateurs détruits d’un coup de masse alors qu’une simple signature et quelques heures de formatage pour effacer les données confidentielles suffiraient à transformer des existences entières. Cet aspect « business » que relèvent les technologies pourrait sans aucun doute s’accompagner d’un « courant d’air chaud et humaniste. »

Hier encore, une entreprise révélait qu’il y a près d’un mois, du matériel avait été envoyé à « l’abattoir » ; coût de l’opération : 10 000F de transport + 2 500F de destruction soit 125 00FF, c’est le prix d’un container de 30m3 pour acheminer des ordinateurs de Marseille à Durban, port situé au nord-est de l’Afrique du Sud. A Ulundi par exemple, capitale du Zoulouland en Afrique du Sud, nous aurions presque équipé une école : près de 1 000 élèves pourraient alors bénéficier de formations adéquates pour pianoter sur un ordinateur!

Professionnels du monde, véritables acteurs économiques, adoptez ces nouvelles mentalités : foncez et entamez les démarches nécessaires au transfert des technologies et donc celui des connaissances, offrez aux citoyens du Sud la liberté de choix, offrez-leur un avenir…

Laurent Bardin, Président Fondateur de TSF (Technologie Sans frontière).