Soudan : plusieurs opposants arrêtés lors d’une marche

Au Soudan, alors que des centaines de manifestants tentaient de marcher en direction du palais présidentiel à Khartoum, des opposants ont été arrêtés par les forces de sécurité qui ont dispersé la foule à coup de grenades lacrymogènes.

Des membres de l’opposition soudanaise ont été arrêtés, ce jeudi 21 février 2019, par les services de sécurité, au moment où plusieurs centaines de manifestants tentaient de marcher en direction du palais présidentiel à Khartoum. Selon Rabah al-Mahdi, du principal parti d’opposition Al-Oumma, au moins 26 membres de l’opposition avaient été arrêtés dans le centre de Khartoum, lors de ces manifestations.

Ces manifestations étaient à l’initiative de l’Association des professionnels soudanais (APS), qui regroupe les enseignants, les médecins entre autres. Leur objectif : se rendre au palais pour remettre une note réclamant la démission du Président Omar el-Béchir. La dispersion de la marche n’a pas découragé les contestataires qui ont pris d’assaut d’autres artères de la capitale soudanaise. Mais c’était sans compter avec la détermination des forces de sécurité qui ont une nouvelle fois tenté de disperser les foules grâce à des jets de grenades lacrymogènes.

Selon TV5Monde, qui informe que des employés des opérateurs de téléphonie mobile MTN et Zain ont tenu des sit-in séparés en solidarité avec les manifestants à Khartoum, la colère a gagné les secteurs de Burri, Haji Youssef et Al-Shejra. La contestation, qui aurait fait une cinquante de morts depuis deux mois, est née de la décision du gouvernement de tripler le prix du pain.