Soudan du Sud: appel au secours

Un an que la guerre civile a éclaté au Soudan du Sud entre les partisans du Président Salva Kiir et ceux de l’ancien Vice-président Riek Machar, les besoins des populations dans la crise restent très importants, selon le Comité international de la Croix-Rouge.

Il y a une année, la plus jeune nation du monde sombrait dans une crise qui allait toucher des millions de personnes. Aujourd’hui, elles ont toujours cruellement besoin d’assistance et de services de base pour pouvoir surmonter l’adversité et survivre, rapporte le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), dans un communiqué publié ce lundi. Les affrontements se poursuivent dans plusieurs régions.

Videographie sur la crise au Soudan du Sud:

Le Soudan du Sud par afp

Les regards du monde se détournent du Soudan du Sud

« Jour après jour, des centaines de volontaires, appartenant eux-mêmes à des communautés touchées par le récent conflit, travaillent sans relâche pour que les personnes en détresse reçoivent les biens de première nécessité dont elles ont besoin, notamment des vivres, de l’eau et un abri, et pour qu’elles puissent renouer le contact avec les membres de leur famille dont elles ont été séparées par les combats », a indiqué le secrétaire général de la Croix-Rouge du Soudan du Sud, John Lobor.

Les regards du reste du monde se détournent peu à peu du Soudan du Sud, et le pays risque de rejoindre la liste des États oubliés, avertit l’organisation.

« Ne pas oublier les personnes pris au piège »

« S’il est vrai que ces derniers mois, les projecteurs se sont détournés du Soudan du Sud, les besoins restent toutefois colossaux et la situation est toujours préoccupante, une année après l’éclatement de la crise », a déclaré le chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Soudan du Sud, Franz Rauchenstein. Il poursuit : « On ne peut pas oublier les personnes prises au piège de ce conflit. Nous devons rester déterminés et continuer à agir pour leur permettre de reconstruire leur existence brisée ».

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge appelle toutes les parties au conflit à respecter et à protéger les personnes qui ne participent pas ou ne participent plus aux hostilités.

Avec African Press Organization (APO)