Sommet Turquie-Afrique : développer un nouveau modèle de partenariat

La seconde édition du sommet Turquie-Afrique démarre ce mercredi à Malabo, capitale de la Guinée Equatoriale. La Turquie souhaite, à travers ce sommet, développer un nouveau modèle de partenariat afin d’améliorer le développement durable et l’intégration en Afrique.

Les personnalités politiques du continent africain et de la Turquie se retrouvent en Guinée Equatoriale. Cette rencontre, qui se tient jusqu’au 21 novembre, a lieu trois ans après le premier sommet Turquie-Afrique à Istanbul, en Turquie. Une délégation turque avec à sa tête le président Recep Tayyip Erdogan participe aux travaux du sommet ainsi que 200 chef d’affaires turcs. Une série de mesures vont être adoptées lors de ce sommet afin de resserrer les liens déjà existant entre le continent et la Turquie.

Adoption d’une déclaration de principe

Durant le sommet, une déclaration de principe et un plan d’actions pour les années 2015-2018 seront adoptés. Cette déclaration mettra l’accent sur plusieurs secteurs-clés tels que l’agriculture, l’industrie, l’éducation ou encore la paix et la sécurité. Le ministre turc des Affaires étrangères, Melvüt Cavusoglu souhaite que la Turquie soit « le porte-voix de l’Afrique en défendant les positions et les droits des pays du continent lors des réunions internationales ». Par ailleurs, la capitale turque souhaite jouer un rôle actif dans le « règlement des conflits et des différends » sur le continent.

Les liens entre la Turquie et le continent Africain se sont resserrés depuis 2005. En effet, cette année-là a été décrétée année de l’Afrique par la diplomatie turque. Depuis cette année, les relations entre l’Afrique et la Turquie se sont renforcés notamment avec la tournée de Recep tayyip Erdogan, à l’époque Premier ministre du pays, en Ethiopie et en Afrique, et l’organisation du premier sommet en 2011.