Sommet des pauvres contre le Nepad

Alors que les chefs d’Etat africains plaident la cause du Nepad au sommet du G8, la société civile africaine organise du 25 au 28 juin un contre-sommet dans le village malien de Siby pour combattre le modèle occidental et proposer un autre avenir pour l’Afrique.

Au moment où les chefs d’Etat réunis au Canada inauguraient sous les feux des projecteurs le sommet du G8, un autre sommet plus discret ouvrait ses portes dans le petit village malien de Siby, à 52 km de Bamako. Un contre-sommet, plus exactement. Un  » sommet des pauvres « , basé symboliquement dans un village sans eau courante, électricité, ni téléphone. 200 représentants des mouvements sociaux, venus de Guinée, du Mali, du Niger, du Sénégal et Burkina Faso, répondaient à l’appel d’une cinquantaine d’Ong locales pour afficher leur opposition au modèle de développement proposé par le G8. Et former un  » front de refus  » contre le Nepad ( Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique), dont les chefs d’Etat africains plaident actuellement la cause auprès des huit pays les plus riches du monde.

Combattre le Nepad

Selon les participants, ce projet fait le jeu du libéralisme et ne profitera qu’au capital. Certains sont même très sévères à ce sujet. Aminata Traoré, ancien ministre de la Culture et du Tourisme et fondatrice du Forum pour l’autre Mali, à son retour du sommet de Siby, s’insurgeait :  » Comment quatre dirigeants africains acquis au néo-libéralisme peuvent-ils prétendre parler au nom de l’Afrique ? L’avenir de l’Afrique et du monde réside dans l’implication de la société civile. C’est ce que nous sommes venus dire ici. Et ils se trompent de priorité en voulant développer les infrastructures et le libre-échange international quand l’urgence est de fournir l’eau, l’électricité, la nourriture et l’éducation à la population. Ils auraient dû commencer par prendre le pouls de la société.  »

Et c’est justement ce à quoi s’attache ce sommet des pauvres. En donnant la parole aux chefs de village ou aux paysans. Et en affichant clairement ses objectifs et ses valeurs à travers les thèmes choisis : annulation de la dette des pays pauvres, sécurité alimentaire  » au moment où un Américain mange 45 fois plus et mieux qu’un Africain « , rôle des femmes dans le développement, commerce équitable et programmes d’ajustement structurel.

Fronde au sein du sommet

Mais alors que le sommet est à la veille de se conclure, certains participants émettent déjà des doutes sur la belle unanimité des revendications. L’un d’eux estimait à mots couverts que le parrainage financier du sommet par la Belgique et le Canada pourrait bien entraver son indépendance.  » J’ai vu un participant canadien tenter dès le premier jour des débats de rallier l’assistance au Nepad. Ce qui me laisse penser que certains pays occidentaux chercheraient à travers ce sommet une sorte de caution à leur impérialisme. » Paradoxal pour une telle rencontre.